PARLEZ-MOI DE VOUS : Quand tu veux Karin !

parlezmoidevousafficheDans une critique précédente, j’avais qualifié Karin Viard de « plus sexy des pas sexy »… ce qui est un vrai compliment, même si cela n’en a pas forcément l’air. Il est vrai que je voue une grande admiration pour cette actrice et j’ai même envie de dire pour cette femme. Cette opinion élogieuse ne changera pas après avoir vu Parlez-moi de Vous, certainement pas le film de l’année, mais un film qu’elle porte seule sur ses épaules.

Melinda est une star de la radio puisque chaque soir elle écoute et aide à résoudre les problèmes affectifs et sentimentaux de milliers d’auditeurs. Mais c’est une star anonyme qui refuse de faire connaître son visage. Il faut dire que le reste du temps, elle mène une vie quelque peu misanthropique, ressassant éternellement l’abandon dont elle a fait l’objet lorsqu’elle était enfant. Un jour, le cabinet de détectives qu’elle a embauché lui annonce qu’ils en ont enfin retrouvé la trace de sa mère. Elle décide alors d’aller à sa rencontre incognito.

Parlez-moi de Vous est donc une comédie des mœurs comme le cinéma français les aime tant. Un film humain qui traite de bien des sujets : les rapports mère-fille, le sentiment d’abandon, l’ouverture aux autres… Autant de sujets un peu casse gueule qui peuvent vite sombrer dans le lourdingue ou pur le lieu commun, avec enfoncement de portes ouvertes en prime. On peut reprocher bien des choses à ce film mais certainement pas d’être tombé dans ces pièges-là. Le propos n’est pas révolutionnaire, mais au moins est-il convaincant et présente un minimum d’intérêt.

Après autour de tout ça, il y a une intrigue. Cette dernière est ici réelle. La réflexion se fait par l’histoire et ses péripéties, pas l’inverse. Cependant, le fil rouge narratif n’est pas non plus le plus passionnant de l’histoire et ne permet pas à Parlez-moi de Vous de dépasser le stade de sympathique. Mais c’est déjà pas mal me direz-vous, infiniment mieux que ennuyeux ou pathétique en tout cas.

Parlez-moi de Vous nous présente une galerie de personnages. Si celui de Melinda, sur lequel le film repose quand même quasiment exclusivement, est très réussi, certains personnages secondaires le sont un peu moins. L’environnement beauf sympathique dans lequel vit sa mère flirte parfois avec le cliché. Certes, cela forme juste le décor dans lequel est délivré le propos, mais cela parasite parfois quelque peu l’axe narratif principal. Mais bon, jouer sur le contraste entre un milieu très bourgeois et un milieu plus populaire constitue un ressort classique, mais qui échappe rarement complètement à ce genre de petits ratés. Bref, c’est un film avant tout sur les rapports humains, pas une étude sociologique.

parlezmoidevousLa réalisation de Pierre Pinaud est sobre. Si on était méchant, on dirait que cela flirte parfois un peu avec le téléfilm. Plus objectivement, sa caméra est totalement au service de son actrice principale et il en oublie un peu quelque fois de mettre en valeur ce qu’il y a autour d’elle. En tout cas, il y a un vrai talent dans la direction d’acteur, même si artistiquement Parlez-moi de Vous ne présente aucun intérêt particulier.

Parlez-moi de Vous met donc encore une fois en lumière l’immense talent de Karin Viard. Il n’était certes plus à prouver, mais elle a rarement occupé un rôle aussi omniprésent à l’écran. Une omniprésence qui tient bien sûr à l’importance de son personnage dans le scénario, mais surtout à son charisme naturel. Du coup, elle éclipse le reste de la distribution, notamment Nicolas Duvauchelle qui s’acquitte néanmoins d’une performance efficace, à défaut d’être brillante.

Parlez-moi de Vous est donc un film plutôt réussi, touchant et non dénué de fond. Rien d’inoubliable, mais assez de talent rassemblé pour mériter d’être vu à l’occasion.

 
Fiche technique :
Réalisation : Pierre Pinaud
Scénario : Pierre Pinaud
Productrice : Stéphanie Carreras
Photographie : Guillaume Deffontaines
Musique : Maïdi Roth
Son : Lucien Balibar
Montage : Valérie Deseine et Nathalie Hubert
Costumes : Elisabeth Tavernier
Décors : Marie Cheminal
Format : Couleurs
Durée : 89 min
 
Casting :
Karine Viard : Mélina / Claire Martin
Nicolas Duvauchelle : Lucas
Nadia Barentin : Joëlle Goulain
Catherine Hosmalin : Ingrid Goulain, la mère de Lucas
Patrick Fierry : André, collègue de Mélina
François Bureloup : Bernard Goulain, le fils de Joëlle, mari d’Ingrid
Dani : Barka
Jean-Noël Brouté : Bertrand, collègue de Mélina
Élise Otzenberger : Julie Goulain
Adèle Bonduelle : Amélie Goulain
Ariane Pirié : Ania
Hubert Saint-Macary : le directeur de « Radio France »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.