MILLENIUM : LES HOMMES QUI N’AIMAIENT PAS LES FEMMES : Adaptation et remake, ça fait beaucoup pour un seul film

milleniumafficheQu’il est difficile de parler de Millenium : les Hommes qui n’Aimaient pas les Femmes de manière objective, sans faire incessamment des comparaisons. En effet, ce film réussi l’exploit d’être à la fois l’adaptation d’un des plus grands succès de l’histoire de la littérature moderne (succès beaucoup plus mérité que pour Da Vinci Code soit dit en passant) et le remake d’un film européen, sorti il y a moins de trois ans. Ca fait beaucoup et à moins d’avoir vécu dans une grotte depuis cinq ans, on voit mal comment on ne pourrait pas mettre tout cela en parallèle. J’assure donc la part de subjectivité de cet avis.

Le journaliste Mikael Blomkvist est embauché par Henrik Vanger, un des plus riches industriels de Suède, pour enquêter sur le meurtre supposé de la nièce de ce dernier, survenu dans les années 60. Supposé car aucun corps n’a jamais été retrouvé. Le vieil homme est persuadé que le coupable se cache dans sa famille. Pour mener ses investigations, Mikael va recevoir l’aide de Lisbeth Salander, une jeune femme aussi mystérieuse que douée en informatique.

Allez, commençons par mon aparté préféré : les problèmes de traduction. Bon, cette fois, ce n’est pas le titre français qui pose problème, mais le titre original du film : The Girl with the Dragon Tattoo. Un titre qui n’a rien à voir avec le titre du roman en suédois, à la grande colère de la veuve de Stieg Larsson, qui a dénoncé cette édulcoration ridicule. Parenthèse refermée.

Si la question est : Millenium : les Hommes qui n’Aimaient pas les Femmes est-il une bonne adaptation du roman de Stieg Larsson ? La réponse est oui. Si la question est : Présente-t-il vraiment un intérêt supérieur à la version suédoise déjà sortie sur nos écrans ? La réponse est plutôt non. Enfin, si la question, ce film est-il vraiment digne du talent de David Fincher ? La réponse est pour le coup clairement non !

Il faut savoir que David Fincher a accepté de réaliser Millenium : les Hommes qui n’Aimaient pas les Femmes, en échange du financement de son The Social Network qui lui tenait à cœur. On est donc face à un film de commande, pas de l’accomplissement d’un rêve d’artiste. Et cela se ressent. Certes, même sans y mettre beaucoup du sien, il arrive à nous livrer un film plutôt brillant, mais sans cette étincelle de génie qu’il arrive à insuffler dans les projets dans lesquels il s’investit vraiment. Du coup, on n’est pas franchement convaincu de la supériorité de cette version sur celle de Niels Arden Oplev.

Certes, l’adaptation suédoise avait parfois des allures de téléfilm… pour la simple et bonne raison que c’était ce qu’elle était à la base. Mais elle arrivait à capter l’ambiance du livre et à lui rester extrêmement fidèle. C’est exactement ce qu’a également réussi David Fincher. Donc de ce point de vue match nul… Sauf qu’il y a quand même quelque chose qui m’a quelque peu gêné. Lorsque j’ai entendu parler du remake américain, j’ai supposé que l’intrigue serait transposée aux Etats-Unis… Et bien pas du tout, l’histoire se situe toujours en Suède. Mais du coup, il est assez ridicule de voir les personnages parler anglais alors que tout est écris en suédois et de sortir quelques mots de cette langue de temps en temps. Cela donne un aspect assez artificiel. Je reste persuadé que ce Millenium : les Hommes qui n’Aimaient pas les Femmes aurait gagné à être moins fidèle au roman.

milleniumMais là où la version de David Fincher n’a pas su faire la différence, c’est sur le casting. Entre Daniel Craig et Michael Nyqvist, le match est quasi nul. Par contre, Rooney Mara n’a pas pu égaler l’extraordinaire performance de Noomi Rapace. N’allez pas penser qu’elle est pour autant décevante et que ça nomination aux Oscars est imméritée. Simplement, la barre était extrêmement haute. Si la première version fait oublier tous ces défauts, c’est en grande partie grâce à elle, surtout quand on connaît l’importance de son personnage dans la saga Millenium.

Ce Millenium : les Hommes qui n’Aimaient pas les Femmes de David Fincher reste un excellent film avec un scénario fantastique qui fait que l’on ne s’ennuie pas une seule seconde sur les 2h38. Un film parfaitement réalisé, à défaut de l’être brillamment. Un film au casting que l’on applaudirait des deux mains, si on ne savait pas déjà qu’on pouvait faire encore mieux. Du coup, à ceux qui, comme moi, ont lu le livre et vu la première adaptation, je ne sais trop quelle conclusion apporter. Par contre, pour ceux qui n’ont fait ni l’un, ni l’autre, je n’ai qu’un conseil. Et il est excellent, croyez-moi. Vous ne regretterez pas une seule seconde de l’avoir suivi…

… lisez le livre !

 

Fiche technique :
Production : Columbia Pictures, MGM, Scott/Rudin, Yellow Bird
Distribution : Sony Pictures Releasing France
Réalisation : David Fincher
Scénario : Steven Zaillian, d’après le livre de Stieg Larsson
Montage : Kirk Baxter, Angus Wall
Photo : Jeff Cronenweth
Décors : Donald Graham Burt
Musique : Trent Reznor & Atticus Ross
Durée : 158 mn
 
Casting :
Daniel Craig : Mikael Blomkvist
Rooney Mara : Lisbeth Salander
Christopher Plummer : Henrik Vanger
Stellan Skarsgard : Martin Vanger
Steven Berkoff : Frode
Robin Wright : Erika Berger
Joely Richardson : Anita Vanger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.