DES PROMESSES NON ELECTORALES

franceitalieLe premier match du XV de France dans cette nouvelle édition du Tournoi des 6 Nations était très attendu. Tout d’abord parce que nos Bleus sont encore auréolés de l’héroïsme dont ils ont fait preuve lors de la finale de la Coupe du Monde. Une histoire d’amour née sur un seul match, mais une romance que l’on a envie de poursuivre. Ensuite, ce match constituait aussi les débuts sur le banc de Philippe Saint-André. La victoire fut au rendez-vous, 4 essais à 0, même si bien des questions restent encore posées.

Si le XV de France peut s’appuyer sur une certitude, c’est bien la solidité de sa défense. Parfois dominés territorialement et dans la possession par des Italiens en net progrès, les Bleus ont pliés mais jamais rompus. Par contre, la conquête fut encore une fois moyenne. La touche notamment a été très perturbée par le contre italien. Le 5 de devant a remplis la tâche qui était la sienne sans franchement dominer son adversaire. Ces forces et ces faiblesses étaient déjà présentes lors de la Coupe du Monde, l’impact de Philippe Saint-André n’a pas eu encore le temps de se faire sentir à ce niveau-là.

La ligne des 3/4 a par contre livré un match de très haut niveau… par intermittence. On a alterné actions de très grande classe et fautes de main. Mais globalement, ce secteur de jeu a apporté de belles satisfactions malgré la présence du débutant Fofana et de Malzieu qui n’a jamais réussi à s’imposer durablement sous le maillot bleu. Un essai pour chacun d’eux, la récompense méritée vue la qualité de leur prestation. En tout cas, Philippe Saint-André pourra s’appuyer sur ce secteur de jeu à l’avenir. Les essais en contre ont démontré qu’avec cette ligne arrière, les Bleus peuvent être dangereux même en cas de domination adverse.

Cette victoire contre l’Italie porte donc en elle de belles promesses. Mais on ne doit pas oublier que malgré ses progrès, les Transalpins souffrent encore d’un manque de talent individuel évident. Il faudra donc confirmer tout cela contre des adversaires d’un autre calibre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.