UN CARTON ROUGE MERITE MAIS TARDIF

christianvannesteA force de flirter avec la ligne blanche, Christian Vanneste a fini par passer définitivement du côté obscur de la Force. C’est d’ailleurs un vrai prodige qu’il vient de réaliser, car on pensait que l’UMP de Claude Guéant n’aurait plus honte de quoi que ce soit. Mais le révisionnisme reste encore un tabou absolu dans la politique française et on ne peut que s’en réjouir. La droite nous prouve qu’elle pouvait encore s’indigner, alors qu’on commençait à en douter.

Mais cela ne doit évidemment pas faire oublier le lent glissement du parti du Président vers l’extrême-droite. Christian Vanneste a toujours milité pour une alliance entre l’UMP et le FN et il a du croire que certains propos lui donnaient carte blanche pour nous livrer toutes ses idées les plus indignes. On n’avait plus trop de doute sur les véritables convictions du personnage, cette fois même son propre camp est obligé de le mettre au ban. Non qu’ils soient tous foncièrement en désaccord malheureusement, mais certains savent quand même avancer leur pions avec plus de subtilité.

On peut légitimement poser la question du pourquoi avoir attendu aussi longtemps. En effet, ce débordement de Christian Vanneste n’est pas simplement un débordement, mais un énième débordement. Mais il pose une question plus large qui concerne l’ensemble des formations politiques. Que faire de leurs membres qui se livrent à ce genre de propos scandaleux ? Le PS a eu son George Frêche et, si elle a fini par l’exclure, cela ne fut ni facile, ni immédiat. Il est navrant de voir qu’il faut attendre le mot de trop pour voir ceux dont les convictions sont évidentes et contraires aux valeurs qu’ils sont censés défendre être renvoyés de leur parti.

Si ce n’est pas si simple, c’est tout simplement qu’un Frêche ou un Vanneste ont quelque chose en commun. La légitimité des urnes. On peut le regretter, mais dans notre système démocratique, elle reste celle qui compte en dernier ressort. Espérons tout de même que les électeurs du Nord sauront la retirer définitivement à ce triste sire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.