YOUNG ADULT : Le changement, c’est maintenant

youngadultafficheAh notre amour de jeunesse ! Quand on y repense… On pensait s’aimer toute la vie, qu’on n’était fait l’un pour l’autre et que rien ne pourrait jamais nous séparer. Et puis la vie, les études, la distance, le temps, la maturité, les autres rencontres font que chacun prend un chemin différent. Mais si au fond, on était quand même deux âmes sœurs destinés à s’unir au final pour ne plus jamais s’éloigner l’un de l’autre ? Si la séparation avait été une simple erreur à corriger ? Vous avez un doute ? Et bien allez voir Young Adult, vous n’en aurez plus…

Mavis Gary a la quarantaine, un divorce, une vie dissolue et ne pense plus du tout au trou perdu dans lequel elle a grandi. Jusqu’au jour où elle reçoit une invitation pour fêter la naissance du premier enfant de son petit ami de lycée. Elle décide alors d’y aller, persuadée qu’elle va venir le délivrer d’une vie triste et morne.

Young Adult est un peu une comédie romantique adolescente, mais avec des adultes. Enfin, tout le monde ne l’est pas complètement. C’est d’ailleurs le thème central du film. L’acceptation du temps qui passe, des relations qui changent, les habitudes qui évoluent et les envies qui différent. Ce n’est pas vraiment un film sur la nostalgie, car pour être nostalgique, il faut accepter que cela soit révolu. Pas vraiment non plus sur le refus de grandir, même si le titre peut le laisser le penser. Plus sur le refus de voir les choses changer.

Young Adult joue aussi sur la corde du « la fille de la ville qui pense que sa vie est formidable et que la campagne, c’est l’enfer» contre « les gens simples de la campagne simplement heureux avec leur vie simple ». Un ressort très souvent utilisé et apporte un contrepoint comique à la réflexion générale. Car j’ai peut-être oublié de le préciser mais ce film est avant tout une comédie, même si l’humour est avant tout situationnel et ne repose pas sur des gags à proprement parler. Il fonctionne plutôt bien et on garde le sourire aux lèvres tout du long.

Ces deux aspects sont traités avec beaucoup d’intelligence et de finesse. Young Adult n’est pas le film le plus profond de l’histoire, mais au moins il est cohérent, il tient de bout et surtout présente un minimum d’intérêt. C’est tout à fait convaincant et surtout la fin est particulièrement réussie. N’allez pas imaginer une conclusion cousue de fil blanc, elle est tout autre. Au final, on a donc vraiment l’impression d’assister à un film vraiment original par la consistance du propos, même si les thèmes de départ semblaient plutôt assez éculés.

youngadultPar contre, Young Adult souffre d’un petit défaut qui empêche ce film d’être totalement enthousiasmant. Le rythme est un peu mou du genou. Ca manque d’un rien de peps pour que l’on soit totalement emballé. On se laisse bercer plus qu’emporter par le film. On ne s’ennuie jamais certes, le film est relativement court, mais avance dans un petit traintrain très paisible. Le propos est intelligent, mais la mise en scène manque un peu de fantaisie et d’imagination. Les plus méchants d’entre vous diront que, du coup, on dirait presque un film français. En tout cas, cela différencie nettement ce film des deux petits chefs d’œuvre de Jason Reitman qu’étaient Juno et In the Air.

La promo du film a beaucoup insisté sur le fait que Young Adult serait LE rôle de Charlize Theron. Bon, je n’irais pas jusque là. Enfin, admettons tout de même que j’ai passé tout le film à me dire que je ne me rappelais pas à quel point elle pouvait être belle. Elle est ici carrément sublime ! Elle joue aussi très très bien je vous rassure, même si le léger manque d’énergie de la mise en scène l’empêche de vraiment totalement lâcher les chevaux. Les rôles masculins sont eux aussi parfaitement interprétés par Patton Oswalt et Patrick Wilson.

Young Adult est donc un film au propos intelligent et à l’humour subtil. Dommage que la forme soit par contre un chouïa planplan.

Fiche technique :
Production : Mandate Pictures, Paramount Pictures
Distribution : Paramount Pictures France
Réalisation : Jason Reitman
Scénario : Diablo Cody
Montage : Dana E. Glauberman
Photo : Eric Steelberg
Décors : Kevin Thompson
Directeur artistique : Michael Ahern
Durée : 93 mn

Casting :
Charlize Theron : Mavis Gary
Patton Oswalt : Matt Freehauf
Patrick Wilson : Buddy Slade
Elizabeth Reaser : Beth Slade
Collette Wolfe : Sandra Freehauf
Jill Eikenberry : Hedda Gary

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.