RADIOSTARS : Personnages attachants et humour drôle

radiostarsafficheDes potes, un roadtrip, voilà de quoi faire un film. Une recette assez commune, mais qui peut parfaitement fonctionner quand les ingrédients se marient avec bonheur. Pas forcément de quoi faire le film de l’année, mais au moins nous faire passer un bon moment. C’est exactement le cas de Radiostars, un film bien meilleur que ce que l’on pouvait imaginer. Une comédie sympathique et distrayante.

Le Breakfast club est le morning numéro 1 des radios françaises. Il est présenté par trois joyeux lurons dont le leader, Arnold, est dans le viseur de sa direction, car incontrôlable. Mais tant qu’il est numéro 1, on ne peut rien lui dire… Sauf que l’émission finit par passer en deuxième position en termes d’audience. Ils sont alors envoyés faire la tournée des villes de France en guise de grandes vacances. Dans cette aventure, ils embarquent avec eux Ben, jeune humoriste tout juste revenu de New York.

Un tel film ne peut fonctionner que s’il s’appuie sur deux piliers solides : des personnages sympathiques d’un côté, de l’humour drôle de l’autre. Si un seul des deux est présent, le résultat sera bancal et sera vite oublié. Radiostars a le grand mérite d’être bâti sur deux axes très réussis et surtout parfaitement complémentaires. Typiquement le film qui est plus que la somme de ses parties et qui du coup enthousiasme bien plus que ce qu’il devrait.

Radiostars nous propose quatre personnages principaux et trois un peu plus secondaires. Ils jouent tous un rôle bien différent, mais échappent largement à la caricature et à l’archétype. Romain Levy est arrivé à leur donner vraiment une identité propre qui fait qu’on fini tous par les aimer, mais pour des raisons très différentes. C’est sans doute là le vrai petit plus qui fait que l’on peut avoir très facilement un vrai coup de cœur pour ce film. Ils ne sont pas artificiellement complexes, pas particulièrement singuliers, mais simplement humains et sympathiques.

Ensuite, Radiostars est simplement drôle. Pas hilarant, mais toujours drôle. Il n’y a pas de baisse de régime, de moment plus faible à ce niveau-là. Le comique reste souvent situationnel, même si beaucoup de répliques nous arrachent de vrais éclats de rire. Le tout fait que l’on garde le sourire aux lèvres pendant toute la durée du film. Jamais vulgaire, flirtant mais vraiment de loin avec le lourdingue, l’humour est à l’image des personnages : proche de celui de vous et moi… en un peu mieux quand même je vous rassure.

radiostarsAprès reste une vague intrigue, mais ce n’est pas évidemment le plus important dans un roadmovie. Cependant, le tout est assez bien mené pour que l’on apprécie le dénouement comme une vraie fin à cette histoire. La véritable tension narrative ne survient qu’à la fin, mais on est largement rentré assez profondément dans l’histoire pour vraiment la vivre pleinement. Après, il y a toutes les petites histoires personnelles de chacun, qui ne font pas une grande histoire, mais on est assez attachés à chacun d’eux pour là-aussi prendre vraiment les choses à cœur.

Radiostars offre quatre beaux rôles à quatre beaux acteurs. Clovis Cornillac, Douglas Attal et Pascal Demolon sont très bons et participent pleinement à la réussite de ce film. Cependant, la vraie révélation reste Manu Payet dont le jeu aussi prend ici une autre dimension, prouvant encore une fois que les comiques, correctement dirigés, se révèlent souvent être de très grands acteurs.

Radiostars fait donc souffler un vent de fraîcheur sur ce printemps. Une fraîcheur bien plus agréable que celle provoquée par le vent du Nord qui souffle dehors. Une bonne raison pour aller au cinéma voir ce film.

Fiche technique :
Production : Mars films, Les productions du Trésor, Chaocorp, Picseyes
Distribution : Mars distribution
Réalisation : Romain Levy
Scénario : Romain Levy, Mathieu Ouillon
Montage : Stéphane Couturier
Photo : Laurent Tangy
Décors : Nicolas de Boiscuillé
Musique : Robin Coudert
Durée : 100 mn

Casting :
Manu Payet : Alex
Clovis Cornillac : Arnold
Douglas Attal : Ben
Pascal Demolon : Cyril
Benjamin Lavernhe : Smiters
Côme Levin : Jérémie
Zita Hanrot : Jennifer
Sam Karmann : J.R. Jablonski
Ana Girardot : Sabrina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.