LA VICTOIRE EST EN LUI… LA VICTOIRE EST EN NOUS

francoishollande3Je profite des dernières minutes où j’ai le droit de le faire pour livrer un dernier article avant le premier tour de l’Election Présidentielle. Un article que je ne devrais peut-être pas écrire puisque « non, rien n’est joué ! », « il ne faut surtout pas relâcher la mobilisation », « en ayant l’air de crier victoire trop vite on fait le jeu de la droite… ». Mais malgré ma grande imagination et sans avoir l’impression de succomber à mon optimisme légendaire, je ne pense pas prendre beaucoup de risques en affirmant que, oui, François Hollande va remporter l’élection présidentielle.

Il y a cinq ans, je n’étais pas encore militant au parti socialiste et encore moins élu. Il y a cinq ans, je suivais quotidiennement les sondages, je guettais le moindre signe de redressement, le moindre frémissement, combien n’était il que 0,5%. Mais au fond, je le savais, je savais que c’était déjà perdu et même si ce n’est devenu une certitude qu’au soir du débat de l’entre-deux-tours, une part de moi-même savait déjà ce qui nous attendait. Il en est de même cette fois-ci, mais je sais que c’est la victoire qui nous attend.

Je sais que la modestie est censée être une vertu socialiste, mais je n’ai pas peur de dire que François Hollande va remporter l’élection présidentielle parce qu’il l’a mérité, parce que nous l’avons mérité. Cette victoire sera évidemment avant tout la sienne. Je ne faisais pas partie des gens qui imaginaient cela envisageable. Je ne dis pas possible, je dis bien envisageable. De mon point de vue, cela ne faisait même pas partie de l’univers des possibles. J’étais le premier à me moquer de la certitude qu’il affichait, la trouvant ridicule, risible. Il avait raison, j’avais tort.

Les seules choses qui n’ont aucune chance d’arriver sont celles auxquelles on renonce, celles que l’on ne tente même pas. François Hollande vient de le démontrer. Il l’a démontré surtout en suivant toujours le même cap, en proposant encore et toujours les mêmes priorités, les mêmes idées. Jeunesse, justice fiscale, cela semblait léger et bien naïf face à tous ceux qui sont persuadés que les élections ne se gagnent que par une mise en scène de soi spectaculaire et constante. Le personnage était supposé trop lisse, trop mou, trop incompétent et les esprits qui se croyaient brillants qui lui ont été opposés ont pensé ne faire qu’une bouchée de cet homme à qui ils auraient du pourtant envier l’humour et l’esprit. Le parcours de François Hollande n’est pas une nouvelle version du lièvre et de la tortue, mais la simple preuve que marcher toujours en ligne droite avec détermination et obstination reste encore le meilleur moyen d’aller loin.

Alors oui, François Hollande mérite la confiance que s’apprête à lui faire les Français. J’avais envie de dire pleinement, mais elle pourra être totalement pleine que lorsque les résultats seront là. N’oublions jamais qu’une élection n’est jamais une fin en soi, même si, sans elle, vous ne changerez jamais quoique ce soit.

La victoire de François Hollande sera aussi la nôtre. La nôtre, élus locaux de gauche. Bon, je sais, je ne suis qu’un modeste conseiller municipal d’opposition dans une vie très à droite et je sais bien que je n’ai que peu d’impact sur le quotidien de mes concitoyens. Mais dans les Régions, les Départements, les Intercommunalités et les Communes, ils sont nombreux à se battre pour maintenir ce lien social collectif que la droite au pouvoir fait tout pour détruire au niveau national. Leur rôle est souvent ingrat, ils récoltent plus de récriminations que de mercis, du « tous pourris » de ceux qui ignorent tout de leur action quotidienne. Mais ils continuent, ils tiennent bon et ils espèrent que demain le retour de la gauche au pouvoir leur redonnera enfin toutes les armes pour accomplir leur mission.

La victoire de François Hollande sera aussi la nôtre. La nôtre, militants du Parti Socialiste. Je sais que la distribution de tracts par grand froid ne donne pas droit à une médaille et n’apporte souvent que peu de voix au final. Mais ne je pouvais pas ne pas rendre hommage à tous ceux que je côtoie depuis que j’ai adhéré au Parti Socialiste. Ces hommes et ces femmes habités d’un même idéal, prêts à donner leur énergie, leur temps, leur argent pour le faire vivre. Bref, ces gens bien, dont je suis fier de partager le combat, qui m’apportent tant, qui m’enrichissent , qui forcent mon admiration par les engagements associatifs et syndicaux qu’ils exercent par ailleurs et qui eux aussi auront bien mérité cette victoire.

François Hollande doit gagner, va gagner. Parce que la France le vaut bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.