LE BIEN ET LE MAL

barcarealVoici deux ans que la planète football se passionne pour les chocs entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Il faut dire que se sont sûrement les deux meilleures équipes actuellement en Europe. Mais c’était surtout l’occasion de voir le bien triompher du mal. Le romantisme l’emporter sur le cynisme. Le gars simple et sympa sur la star gominée et antipathique. L’entraîneur élégant sur le mauvais perdant. Mais ce soir, la victoire a changé de camp. Le Real Madrid a triomphé et va être sacré champion d’Espagne.

D’habitude, on se réjouit quand une équipe arrive enfin à ses fins après tant d’échecs. Mais le désamour dont souffre le Real Madrid est profond. Il est injuste, car cette équipe est composée de grands joueurs et Mourinho est incontestablement un des plus grands entraîneurs de l’histoire. Il est aussi justifié par le chemin que cette équipe a longtemps choisi pour contrer le Barca. La destruction contre la création pure, un choix qu’aucun amoureux du football ne pouvait approuver.

Mais ce soir, le Real Madrid a joué tout simplement. Bien sûr, Pepe a encore réalisé quelques interventions un peu limite, mais rien de bien choquant et rien d’anormal pour un match d’un tel enjeu. En pensant uniquement au jeu, le Real l’a enfin emporté. Alors si ce soir, on peut avoir l’impression que le mal a triomphé du bien, en y regardant de plus près, c’est en fait l’inverse. Ce soir, le football sort grandi et prouve que ce n’est pas en le trahissant que l’on peut l’emporter. Madrid est revenu dans le droit chemin et il en a été récompensé. Ah si seulement, cela pouvait être comme ça aussi dans la vie…

En tout cas, après ce match, on n’a qu’une envie. Que les deux clubs se retrouvent en finale de Ligue des Champions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.