LIVING THING (Peter Bjorn and John) : Suédois glacé

livingthingpeterbjornandjohnLa Suède a offert musique le meilleur groupe de disco de l’histoire, Abba, et le meilleur groupe d’eurodance de l’histoire, Ace of Base. Pour plein d’autres raisons, je trouve que c’est un pays merveilleux et pas seulement parce qu’il est peuplé de charmantes créatures blondes et minces. Tout le monde sait que je suis plutôt branché brunes latines et pulpeuses… Mais on s’éloigne considérablement du sujet du coup. La perfection n’étant pas de ce monde, la Suède nous a également donné des groupes quelque peu moyens, malgré un potentiel intéressant, comme Peter Bjorn and John et leur album Living Thing.

Ils étaient trois musiciens : Peter Moren, Bjorn Yttling et John Eriksson. Lorsqu’ils se sont demandés comment ils allaient pouvoir bien appeler leur groupe, ils se sont dits qu’ils pourraient simplement accoler leurs prénoms… Le Suédois est très intelligent… Bon plus sérieusement, le groupe s’est formé en 1999 et Living Thing est leur 5ème album, sorti en 2009.

Living Thing est un mélange de bon et de moins bon. On peut déjà leur reconnaître un gros travail artistique. Leur musique est toujours très élaborée, avec des sonorités visiblement recherchées. D’ailleurs, le style est assez difficile à définir. On peut parler d’indie rock, mais leur musique flirte souvent avec l’électro, tout en absorbant des influences assez diverses. En tout cas, le résultat est le plus souvent particulièrement mélodieux et apaisant.

Le principal problème de Living Thing réside dans le fait qu’environ un titre sur deux ne décolle pas. La sonorité originale tourne un peu en boucle et devient vite lancinante. Et comme le rythme est rarement trépidant, on flirte rapidement avec l’ennui. Ca manque donc un peu de spontanéité et d’énergie. La musique de Peter Bjorn and John est en fait un peu trop cérébrale et réfléchie. C’est toujours objectivement bien, mais souvent subjectivement ennuyeux.

Heureusement, le groupe arrive parfois à exploiter pleinement leur idée de départ et arrive à faire monter un peu la mayonnaise. Ainsi, Living Thing recèle quelques titres vraiment bons. On peut notamment citer Nothing to Worry About et surtout Blue Period Picasso, de loin le meilleur titre de ce album. Le reste se laisse parfois écouter, mais cela ne suffit pas tout à fait à compenser les nombreux moments beaucoup plus faibles. L’attention de l’auditeur joue au yoyo, mais les hauts n’atteignent pas des sommets susceptibles de nous faire oublier les plongées en profondeur.

Living Thing procure donc au final plus de frustration que de plaisir. On sent bien chez Peter Bjorn and John beaucoup de maîtrise artistique et une vraie créativité. Dommage que tout cela ne soit pas emballé dans du dynamisme qui nous ferait vivre leur musique, alors que là, on ne peut que l’écouter avec un intérêt poli, mais guère enthousiaste. C’est sûr que les Suédois ne sont pas non plus les gens les plus exubérants que je connaisse, mais ce n’est pas avec ce groupe qu’ils vont se réchauffer les longs hivers qu’ils connaissent.

Au final Living Thing de Peter Bjorn and John reste un album trop froid, voire même parfois glacial, malgré quelques très beaux flocons.

Pour finir, faisons le tour des titres que l’on trouve sur cet album.

1.: The Feeling
Une pop tirant sur l’électro, élégante et efficace.

2.: It Don’t Move Me
Un son plus grave et plus profond, mais un rien lancinant.

3.: Just The Past
Un rythme lent, envoûtant et lancinant à la fois.

4.: Nothing To Worry About
Un ton très différent de ce qui précède, plus dynamique et plus original. Pas mal du tout.

5.: I’m Losing My Mind
Un titre rock évaporé.

6.: Living Thing
Un rythme plus enjoué, presque tropical. Mais on garde l’impression que tout cela est interprété avec le frein à main serré.

7.: I Want You
Un retour à l’évaporé et au lancinant, avec cependant une certaine conviction dans l’interprétation.

8.: Lay It Down
Un titre multiplie les effets, comme les voix distordues, mais qui ne décolle jamais vraiment.

9.: Stay This Way
Titre épuré, un peu jazzy.

10.: Blue Period Picasso
Un son un rien chaloupé, presque sensuel. Très bon !

11.: 4 Out Of 5
Un titre qui retombe dans l’évaporé lancinant, de plus un peu sinistre pour le coup.

12.: Last Night
Un morceau lent et chiant pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.