BRAVO MONTPELLIER !

montpellierchampionSi je n’ai pas écrit ce billet plus tôt, ce n’est pas par aigreur, mais pour des raisons liées à mon emploi du temps. Bref, Montpellier est champion de France de football et c’est entièrement mérité pour des raisons aussi bien quantitatives que qualitatives. Il n’y a rien à dire là-dessus, la victoire est incontestable.

Avec 82 points, Montpellier a réussi un parcours rare en championnat, le deuxième total depuis l’instauration de la victoire à trois points. Seul le grand Lyon des années 2000 a fait mieux, mais à une seule reprise (84 points en 2005-06). Une quasi perfection à domicile et contre les équipes de bas de tableau l’ont conduit à ce total. Du coup, le club de l’Hérault était quasiment imbattable car aller encore au-delà aurait constitué une performance réellement historique. La Ligue 1 est un des championnats les plus denses en Europe et il y est difficile d’y imaginer un parcours à la Real de Madrid ou FC Barcelone, qui ont marqué cette saison respectivement 100 et 91 points, 121 et 114 buts cette saison.

Et puis, Montpellier, à l’image de Lille l’année dernière, mérite d’être champion de France tout simplement parce qu’il a bien joué. La qualité de son collectif a été soulignée toute l’année. Et même s’il a été le spécialiste de la victoire 1-0 cette saison, il a aussi livré des performances de très haut niveau. Cela confirme qu’une équipe n’a pas besoin de 11 stars pour bien tourner. Deux joueurs majeurs, Giroud et Bellhanda, avec autour d’eux des coéquipiers, que l’on considérait avant cette saison comme des joueurs de second plan, à l’image des latéraux Bocaly et Bedimo, mais qui ont su trouver un parfait équilibre.

Toutes ces considérations n’apaisent guère la déception côté parisien. Mais avec 79 points et 75 buts marqués, le PSG a fait un plus beau parcours que la plupart des champions de France passés. Cependant, cette année, ce n’était pas suffisant. On peut toujours réécrire l’histoire, avoir quelques regrets, parler encore et encore de l’arbitrage (notamment celui comparé de Lille-PSG et Montpellier-Lille), tout cela est évidemment inutile, le plus fort a gagné. Et le plus fort, c’était Montpellier ! Cependant, on ne peut que souligner la mesquinerie et l’incroyable mauvaise foi de la plupart des commentateurs, y compris les supposés professionnels. Que n’a-t-on pas lu sur la pauvreté du jeu parisien ! On se demande avec combien de points, le PSG aurait fini avec un jeu à leur goût ! Et Pastore, objectivement intermittent, combien aurait-il marqué de buts, puisqu’il en a tout de même inscrit 13, tout en étant sujet à toutes les moqueries ?

Pour la première année de l’ère qatari, le PSG a réalisé objectivement un parcours de champion et peut donc être satisfait. Mais le football se nourrit avant tout de subjectivité. Sa seule faute est d’être tombé sur un très grand champion, nommé Montpellier… ou peut-être d’avoir viré Kombouaré…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.