ORPHELINS…

thierryrolandSi on m’avait demandé hier ce que je pensais de Thierry Roland, j’aurais sûrement insisté sur sa misogynie, sa propension à relayer inlassablement les pires clichés et pour tout dire son côté beauf ! Bref, tout ce que je n’aime pas et qui me fait apprécier pleinement la qualité des commentaires sur Canal+. Pourtant, aujourd’hui qu’il nous a quitté, on ne peut qu’être ému. En regardant quelques images publiées sur le mur Facebook d’une amie, j’avais quelques larmes aux yeux. C’est complètement idiot, mais ça permet de se rendre compte à quel point il faisait partie de notre quotidien.

Le sport se nourrit de moments d’émotion irrationnelle qui grave des souvenirs à jamais. Que ça soit la détresse au soir de France-Bulgarie en 1993 à la folle joie du 12 juillet 1998, sa voix nous a accompagné. Dans ces moments-là, peu importait la profondeur des propos, les évènements parlaient d’eux-mêmes. Seul est resté l’impression d’avoir partagé avec lui et tout un peuple par son intermédiaire, les mêmes sentiments. Pour cela Thierry Roland a fait partie de notre vie, comme un proche, un ami, un parent.

Tous les amateurs de football sont un peu orphelins en ce jour. Il est peu probable que Thierry Roland ne soit jamais remplacé. Les matchs sont désormais trop dispersés sur les différentes chaînes. Personne ne pourra plus prétendre être LA voix du football, comme Roger Couderc a été celle du rugby. Si on doit retenir une chose de Thierry Roland, c’est l’image d’un grand journaliste dont l’héritage est immense. Il aura traversé les décennies, de la préhistoire du football télévisé à la sur-exposition actuelle, sans jamais rien perdre de sa popularité. On ne dure pas sans talent.

On dit souvent que le plus dur est pour celui qui reste. On pense bien sûr à sa famille, mais aussi à Jean-Michel Larqué. On peut imaginer la peine qui doit être la sienne aujourd’hui. Et comme, il fait lui aussi un peu partie de la famille, on partage largement son chagrin.

Sans Thierry Roland, le football à la télé ne sera plus tout à fait le même. Tout à fait, Thierry…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.