ADIEU BERTHE : La mort leur va si mal

adieubertheafficheLa mort n’est pas forcément le sujet le plus approprié pour une comédie. Ou du moins, il demande une extrême habileté pour éviter le mauvais goût. On peut effectivement rire de tout, tant que l’humour est manié avec précaution et talent. Du talent, Bruno Podalydes en a à revendre. Mais force est de constater qu’il n’a pas su l’exploiter pleinement dans son dernier film, Adieu Berthe, comédie paresseuse, pas vraiment drôle et guère intéressante.

La grand-mère d’Armand vient de mourir. Une grand-mère qu’il avait un peu oubliée dans sa maison de retraite. Il est chargé d’organiser ses funérailles. Mais au même moment, c’est toute son existence qui se compliqué, partagée entre sa maîtresse et sa femme, avec qui la rupture est difficile. Un peu perdu, il va pourtant devoir faire les choix devant lesquels il a longtemps reculé.

Un enterrement est moment privilégié pour réunir une famille et faire ressortir toutes les histoires et les non-dits qui l’habitent. De nombreux films l’ont exploité. Mais Adieu Berthe ne se situe pas du tout dans cette optique puisque ce n’est pas une comédie sur la famille, mais sur les interrogations existentielles d’un homme. Un des principaux problèmes de ce film est que, du coup, on ne voit pas bien le rapport réel entre l’enterrement de sa grand-mère et les interrogations d’Armand. Ainsi, le fil rouge n’enrichit pas un propos qui a bien du mal à se raccrocher sur ce dernier de manière convaincante.

Adieu Berthe nous présente une série de personnages lunaires, dont le côté décalé est le principal vecteur d’humour. Le seul problème, c’est qu’aucun d’eux ne fonctionne totalement. On ne s’y attache pas et toutes leurs facéties se transforment vite en grimaces un peu ridicules. Bref, c’est surjoué, tentative désespérée pour donner de l’épaisseur à des personnages qui en manquent cruellement. Du coup, on rit pas ou très peu. On est parfois amusé par les situations mais tout semble le plus souvent inabouti, comme si les frères Podalydes n’avaient pas daigné creuser et travailler assez longuement chacun de leur début de bonne idée.

Du coup, le peu de profondeur du propos perd tout intérêt et toute crédibilité. Les débuts de réflexion sur le deuil, l’amour, la séparation, la famille reste superficielles, peu convaincantes et ne dégagent du coup aucun émotion. Cela contribue largement à l’indifférence quasi totale qu’inspire Adieu Berthe. Et de l’indifférence à l’ennui, il n’y a qu’un pas. Bien sûr le film se veut avant tout léger, mais comme on a vu que l’aspect comique n’étais pas satisfaisant, on aurait aimé que les à-côtés remontent un peu le niveau. Ce n’est malheureusement pas le cas.

adieubertheEn fait, globalement Adieu Berthe est un film paresseux. Il n’y a pas assez de contenu et d’épaisseur pour en tirer un long métrage. Du coup, le film s’étire sur 1h40 avec un manque de rythme et de souffle constant. La mise en scène est sans imagination, même si certains décors, notamment celui d’une entreprise de pompe funèbre sont sûrement les seuls éléments qui démontrent un vrai travail artistique. Cependant, c’est bien trop peu pour sauver le film.

Denis Podalydes est à l’image du film. Un jeu cabotin mais sans conviction, jamais convaincant et qui ne provoque jamais les rires recherchés. Par contre, son frère, si son travail derrière la caméra est décevant, surprend devant cette dernière. Son personnage est un des seuls à vraiment posséder une puissance comique. Mais la vraie star de ce film reste Valérie Lemercier qui brille vraiment, mais pas encore suffisamment pour vraiment nous faire aimer Adieu Berthe.

Adieu Berthe souffre d’un manque flagrant de qualité dans à peu près tous les domaines. Du coup, le résultat final est extrêmement décevant et pour tout dire sans intérêt.

Fiche technique :
Production : Why Not Productions
Réalisation : Bruno Podalydès
Scénario : Bruno Podalydès, Denis Podalydès
Montage : Christel Dewynter
Photo : Pierre Cottereau
Décors : Guillaume Deviercy
Distribution : UGC Distribution
Son : Laurent Poirier, Nicolas Moreau, Cyril Holtz
Durée : 100 mn

Casting :
Denis Podalydès : Armand
Valérie Lemercier : Alix
Isabelle Candelier : Hélène
Bruno Podalydès : Yvon Grinda
Isabelle Candelier : Hélène
Catherine Hiegel : Suzanne
Samir Guesmi : Haroun
Michel Vuillermoz : Rovier Boubet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.