BLANCHE-NEIGE ET LE CHASSEUR : Blanche-Neige version adulte

blancheneigeetlechasseurafficheAprès la double nouvelle adaptation aussi médiocre qu’inutile de la Guerre des Boutons à l’automne dernier proposée par le cinéma français, Hollywood nous offre lui aussi un double retour d’une œuvre ancestrale sur nos écrans. Après le Blanche-Neige, avec Julia Roberts, sorti le mois dernier et carrément pas terrible, voici Blanche-Neige et le Chasseur. Une version beaucoup plus adulte du mythe. Mais surtout beaucoup plus réussie !

Alors que sa belle mère règne d’une main de fer sur le royaume de feu son père, Blanche-Neige arrive à l’âge adulte et la surpasse alors en beauté. La méchante mégère ne le supporte pas, d’autant plus que son miroir lui explique que lui arracher le cœur lui procurera la jeunesse éternelle. Alors quand la jeune fille s’enfuit dans la forêt, la Reine doit recruter un des chasseurs du Royaume pour mener la poursuite.

Blanche-Neige et le Chasseur est en fait un bon film d’aventures, qui dépoussière le mythe et auquel on pardonne facilement les quelques faiblesses. On reste magnanime tout simplement parce que l’on ne s’ennuie pas du tout, que c’est quand même visuellement bien foutu et que le scénario est plutôt sombre et évite largement le gnangnan. On ne va certes jamais très loin dans le politiquement incorrect. Cependant, l’idée de placer la jeune fille au centre d’un triangle amoureux (qui n’est pas résolu à la fin ouvrant déjà la perspective d’une suite) apporte un légère tension sexuelle qui fait définitivement basculer le film dans un monde d’adultes.

Après, on peut reprocher bien des faiblesses au scénario de Blanche-Neige et le Chasseur. Quelques incohérences, des péripéties guère convaincantes et surtout le plus souvent prévisibles, mais bon rien de réellement pire que n’importe quel autre divertissement hollywoodien. Par contre, le vrai point noir de ce film, celui qui l’empêche d’être autre chose que distrayant et sympathique reste le manque flagrant de charisme et d’intérêt des personnages. Même la cruauté de la Reine reste superficielle et très attendue. Blanche-Neige manque sérieusement de personnalité et on a bien du mal à comprendre tout ce qu’elle est censée provoquer chez ses interlocuteurs. Quant au chasseur, il a la profondeur d’un fan de Justin Bieber. Seuls les nains arrivent à provoquer chez le spectateur un réel attachement.

Heureusement, Blanche-Neige et le Chasseur reste assez rythmé pour qu’on ne s’ennuie pas une seule seconde. Certes, on reste dans un schéma hyper classique avec la gentille poursuivie par des méchants à travers des contrées hostiles, soit l’idée de base d’à peu-près un film d’aventures sur deux depuis un siècle… Mais bon, la vieille recette fonctionne encore et on passe tout de même un très bon moment. Les décors et les ambiances visuelles sont vraiment réussies, jamais kitch et apporte un vrai plus à cette vision assez sombre, presque gothique, de ce conte immortel.

blancheneigeetlechasseurBlanche-Neige et le Chasseur est aussi très riche en références diverses et variées. La plus flagrante est l’esprit de la forêt qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Princesse Mononoke. En fait, cela montre bien la volonté de faire de cette nouvelle version du mythe une œuvre d’heroic fantasy beaucoup plus qu’un conte pour enfants. On est vraiment loin de l’esprit Disney… Enfin le Disney actuel, parce que l’œuvre de Walt avait déjà une certaine noirceur.

Le casting de Blanche-Neige et le Chasseur ne vaut que pour Chalize Theron, impeccable en Reine… Impeccable mais pas géniale pour autant. Mais c’est sûr que comparer à Chris Hemsworth, son jeu est absolument époustouflant. Sérieusement, cet homme a peut-être un physique hors du commun, mais il n’a strictement rien à faire devant une caméra, si ce n’est pour nous montrer le vrai sens du mot « inexpressif ». Quant à Kristen Stewart, supposée être la grande star de ce film, elle peine vraiment à avoir le charisme qu’est supposé posséder son personnage.

Blanche-Neige et le Chasseur constitue donc globalement une réussite. Un vrai divertissement adulte, mais qui souffre vraiment d’un casting trop faiblard.

Fiche technique :
Production : Universal Pictures, Miller Roth Films, FilmEngine
Distribution : Universal Pictures International France
Réalisation : Rupert Sanders
Scénario : Evan Daugherty, John Lee Hancock, Hossein Amini
Montage : Conrad Buff
Photo : Greig Fraser
Décors : Dominic Watkins
Musique : James Newton Howard
Effets spéciaux : Cedric Nicolas
Costumes : Colleen Atwood
Directeur artistique : Andrew Ackland-Snow
D’après l’oeuvre des frères Grimm
Durée : 126 mn

Casting :
Kristen Stewart : Blanche Neige
Chris Hemsworth : Le chasseur
Charlize Theron : Ravenna
Sam Claflin : William
Bob Hoskins : Muir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.