PUTAIN, QUEL PIED !

relaisnatationIl y a quatre ans, je m’étais levé au beau milieu de la nuit pour regarder le relais 4x100m de natation. A l’époque, on espérait une médaille, voire même, l’or mais sans trop oser y croire. Puis la course commença et tous s’enchaîna comme dans un rêve. Seul dans mon salon, à 4h du matin, je commençais à sauter d’enthousiasme. Alain Bernard, le meilleur sprinteur au monde, prenait son relais, le dernier, avec une véritable avance. Plus rien ne pouvait nous arriver, la course était gagnée… Et pourtant…

Ce moment-là fut un des plus forts que je n’ai jamais vécu grâce au sport, même si ce fut dans la déception. Jamais je n’oublierai les émotions vécues cette nuit-là et revoir cette course continue de me faire quelque chose. Ce soir, je viens de vivre une émotion comparable, mais dans le sens inverse. Et c’est évidement tellement meilleur. Car ce sentiment de revanche décuple la joie procurée par cette médaille d’or. Cette réécriture de l’histoire, avec ce scénario inversé, a quelque chose de « trop beau pour être vrai ! ». Un enchaînement des évènements comme seul le sport peut en proposer et qu’on oserait imaginer si on devait les écrire à l’avance. C’est juste le pied absolu !

Voilà ce soir, j’ai sauté comme un con tout seul dans mon salon ! J’ai crié sûrement assez fort pour que mes voisins soient au courant ! Et quelques larmes étaient au bord des yeux ! Surtout que cela vient avec une très belle journée de sport avec ces trois autres belles médailles. Camille Muffat a réussi à remporter le titre en étant archi-favorite, ce qui n’est jamais facile. Cela peut passer pour un lieu commun, mais les résultats des épreuves de natation depuis le début de ces Jeux montre que la hiérarchie a vite fait d’être bousculée !

Les relayeurs français l’ont fait ! (mais ils sont où les Australiens?). Et putain, qu’est ce que c’est bon !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.