LA LOI DE LA PLUS FORTE

juliebressetCertains commentateurs, et surtout consultants, possède l’incroyable capacité à nous expliquer inlassablement que les athlètes français font exprès d’être largués en début de course parce qu’ils se réservent pour la seconde partie. Notamment dans la piscine, combien de fois avons-nous eu droit à ce fameux « très bon retour » censé permettre au nageur tricolore de remonter tous ses adversaires, qui avaient l’idée saugrenue de partir vite dès le début ? Evidemment, la fameuse remontée ne venait jamais. A ce niveau, si on veut arriver en tête, il faut être devant dès le début.

C’est exactement ce qu’a fait notre VTTiste, Julie Bresset. Après un bon départ, elle a très vite pris la tête, semé ses deux collègues qui lui suçaient la roue (bien aidé par une chute, certes) pour filer tranquillement vers une médaille d’or que personne ne pu lui contester. L’année dernière, elle roulait en espoir, mais aujourd’hui, elle ne s’est pas demandée si elle était trop jeune pour avoir le droit de gagner. C’est ce qu’on appelle une championne, statut que ne possède pas bon nombre des sportifs français que les commentateurs nous ont survendus tout au long de cette quinzaine olympique (nouvel exemple ce matin avec nos céistes-kayakistes).

Pour cause de départ en rase campagne, je ne pourrai pas écrire la 16ème et ultime chronique. Mais si je devais essayer de l’imaginer par avance, j’aimerais annoncer une dernière journée historique avec le triple sacre de nos handballeurs, de Julien Asbalon et de Amélie Cazé. J’ai toute les chances de me tromper, mais qui sait !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.