REBELLE : Sous le charme de Mérida

rebelleafficheOn pouvait craindre que le rachat de Pixar par Disney mette fin à la créativité débridée et réjouissante du studio où sont nés Wall-E, Ratatouille, Toy Story ou encore Les Indestructibles. Force est de constater que jusqu’ici tout va bien. Confirmation avec Rebelle. Ce n’est peut-être pas le film le plus inoubliable qu’il ait signé, mais on se retrouvera une nouvelle fois tous avec plaisir un spectacle qui ravira toutes les générations.

Mérida est une princesse. Mais ce qu’elle aime avant tout, c’est courir dans la campagne, escalader des falaises, manger goulument et tirer à l’arc, au grand désespoir de sa mère qui souhaite la transformer en vraie dame de cour. La jeune fille est donc désespérée quand ses parents lui annoncent qu’ils ont l’attention de la marier et qu’ils ont convoqué les représentants des trois clans d’Ecosse pour désigner celui qui sera digne de l’épouser. Mais Mérida n’a pas l’intention de se laisser faire.

Rebelle est un film séduisant. Enfin ce qui est avant tout séduisant, c’est le personnage de Mérida. On ne peut que tomber sous son charme et ce dès les premières secondes. Bien sûr cela ne fait pas un film à lui tout seul, mais cela permet de rentrer tout de suite dans cette histoire pour n’en sortir qu’à la toute fin. On dit souvent qu’un bon scénario, c’est avant tout un bon méchant, mais quelque fois un bon héros peut aussi constituer une bonne base.

Autour de ça se construit une histoire somme toute assez classique. Il est vrai qu’elle ne brille ni par une réelle originalité, ni une complexité particulière. Elle se laisse pourtant suivre avec plaisir, car rythmée et pleine d’humour. De la magie, des péripéties, des poursuites, une forêt sombre et mystérieuse… Bref tout ce qu’il faut pour un récit d’aventures fantastiques médiévales. C’est divertissant, jamais ennuyeux, même si l’intérêt principal de Rebelle est à chercher ailleurs.

Il est à chercher notamment dans son humour. Un humour aux allusions parfois quelque peu grivoises, souvent à plusieurs degrés, qui fait de Rebelle un film pouvant être apprécié par plusieurs générations. On touche là ce qui peut encore différencier les films estampillés Pixar avec les productions Disney pures et dures, beaucoup plus puritaines et policées. Bon, ça ne va pas très loin dans la provocation, mais cela permet aux adultes de rire eux-aussi pleinement. De plus, l’aspect cartoon est lui aussi pleinement réussi, avec notamment les trois frères de la princesse, des triplés en quête constante de bêtise et qui déploient toujours des trésors d’imagination et d’espièglerie pour arriver à leur fin.

rebelleTechniquement, Rebelle est aussi impeccable. Je ne l’ai pas vu en 3D, mais ne je ne doute pas que cette dernière ait été soignée. Mais même sans ça, les traits sont vraiment fins et les personnages ont beaucoup de personnalité, ce qui leur donne chacun un charme particulier. En 2D, ça manque un peu de profondeur, mais les décors sont tout de même eux-aussi très beaux, notamment une séquence autour du lac et de la cascade.

On explore là un univers imaginaire celtique, pour preuve la chevelure rousse de l’héroïne. Mais c’est surtout un film d’animation à voir absolument en VO (en fait, c’est toujours le cas, mais là encore plus) pour l’accent écossais irrésistible de tout le casting voix. Sinon, c’est un peu comme voir Bienvenue chez les Ch’tis, doublé dans un anglais à l’accent uniforme… On y reconnaîtra surtout Emma Thomson, qui double la mère et Kelly MacDonald, découvert dans No Country for Old Men qui double l’héroïne.

Certes, Pixar nous avait habitué à nous servir du chef d’œuvre à la pelle. Rebelle n’en fait peut-être pas partie. Mais ce n’est pas une raisons pour juger trop durement ce film d’animation fort sympathique.

Fiche technique :
Production : Walt Disney Pictures, Pixar, John Lasseter
Distribution : The Walt Disney Company France
Réalisation : Mark Andrews, Brendan Chapman
Scénario : Mark Andrews, Steve Purcell, Brenda Chapman, Irene Mecchi
Montage : Nicholas C. Smith
Photo : Danielle Feinberg
Décors : Steve Pilcher
Musique : Patrick Doyle
Effets spéciaux : David MacCarthy
Durée : 95 mn

Casting :
Kelly MacDonald : Merida
Emma Thomspon : La reine Elinor
Billy Connolly : Le roi Fergus
Julie Walters : la sorcière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.