ASSOCIES CONTRE LE CRIME : L’épisode de trop

associescontrelecrimeafficheOn tance souvent Hollywood pour son manque d’imagination et sa propension à nous servir suites après suites, poussant l’exploitation commerciale d’un concept jusqu’au bout. Ah les vilains Américains ! On n’est pas comme ça, nous, Français, avec notre fière exception culturelle ! Nous, on fait de l’art pour l’art, pas pour gagner de l’argent ! Comme ça serait vulgaire ! Bon à part, Luc Besson, mais du coup, plus personne ne lui parle… Mais dites-moi qu’a donc fait Pascal Thomas avec son Associés Contre le Crime, troisième épisode des aventures de Prudence et Bélisaire, d’une médiocrité effarante ?

Bélisaire fait la tournée de promotion d’un livre où il raconte ses plus grands exploits. L’heure de la retraite a sonné. Mais Prudence ne l’entend pas de cette oreille et saisit au bond une opportunité au bon pour ouvrir la succursale genevoise d’une grande agence de détectives. Sa première affaire la conduira dans une mystérieuse clinique où certaine personne semble rajeunir de manière prodigieuse.

Très souvent, le troisième épisode d’une franchise reste l’épisode de trop. On le vérifie encore une fois avec cet Associés Contre le Crime. On aurait pu éventuellement se montrer magnanime, mais le seul vrai soucis est qu’on le vérifie dans les grandes largeurs. Déjà, on vous vend un film durant 1h40, alors qu’il ne dure en fait qu’une heure. En effet, il commence par une bonne demi-heure de rien et finit par dix minutes de pas grand chose. On assiste alors à un vague cabotinage, censé être drôle. Sauf que ce sont juste des échanges abscons entre des acteurs absolument pas dirigés et dont chaque réplique sonne faux. Tout est surjoué, cela en est ridicule ! Et surtout jamais ne serait-ce qu’amusant.

Au milieu de tout ça, vous aurez quand même le droit à une heure d’une enquête policière très faiblarde, censée, une nouvelle fois, être tirée d’un roman d’Agatha Christie. L’auteur anglaise doit se retourner dans sa tombe car elle n’a jamais écrit d’histoire avec si peu d’intérêt, de rebondissement et de mystère. Même pour une série pour enfant, on y mettrait un peu plus de subtilité et de complexité. Enfin au moins, il se passe quelque chose et on arriverait presque à ne pas s’ennuyer. Malheureusement, toutes les tentatives d’humour tombent encore une fois à peu près toutes à plat.

associescontrelecrimeAu moins dans Mon Petit Doigt M’A Dit et Le Crime Est Notre Affaire avait-on appris à apprécier ce couple savoureux. Mais dans Associés Contre le Crime, Prudence et Bélisaire Beresford nous horripilent surtout, par leurs simagrées et leurs grimaces incessantes. On était pourtant heureux de les retrouver, mais finalement cela ressemble aux retrouvailles d’une amie d’enfance qui a mal tourné maintenant qu’elle est adulte. On retrouve ce qu’on a aimé, mais beaucoup d’autres choses qui nous plaisent beaucoup moins. Nos deux héros semblent ici faire partie d’une histoire qui n’est pas faite pour eux et semblent un peu perdus.

Associés Contre le Crime ne séduit donc ni par son suspense, ni par son humour, tous les deux en dessous de tout. Alors que lui reste-t-il ? On aurait pu espérer son casting avec le duo Catherine Frot et André Dussolier qui avait si bien fonctionné dans les épisodes précédents. Mais là, toute la synergie entre les deux personnages est perdue et ils semblent ramer chacun de leur côté. Et c’est bien connu dans ces cas-là, on ne va jamais très loin.

Associés Contre le Crime est donc tout simplement raté car dénué de la moindre inspiration et se montre incapable de relancer la franchise. Espérons que Pascal Thomas saura s’arrêter là.

Fiche technique :
Production : Les films français, StudioCanal, Studio 37, France 2 Cinéma, Rhône-Alpes Cinéma
Distribution : StudioCanal
Réalisation : Pascal Thomas
Scénario : Pascal Thomas, Clémence dDe Biéville, Nathalie Lafaurie, d’après l’oeuvre d’Agatha Christie
Montage : Catherine Dubeau
Photo : Renan Pollès
Décors : Katia Wyszkop
Musique : Reinhardt Wagner
Durée : 104 mn

Casting :
Catherine Frot : Prudence Beresford
André Dussollier : Bélisaire Beresford
Linh-Dan Pham : Marie Van Dinh
Nicolas Marié : Dr Nicolas Roscoff
Agathe de la Boulaye : Dr Matarazzi
Eric Naggar : Dr Jünger
Sarah Biasini : Marie-Christinee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.