XX (The XX) : La musique au saut du lit

xxthexxCertaines marques de gel coiffant, vous propose l’effet « saut du lit ». On peut voir ou ne pas voir où est l’intérêt, mais on se dit qu’il en faut pour tous les goûts… Bon personnellement, il me suffit de ne pas mouiller mes cheveux et de ne pas les coiffer pour avoir l’air de sortir de mon pieu toute la journée, mais sans doute faut-il pour certains un produit conçu exprès pour ça. Par contre, proposer un disque où « je chante comme si je venais de me réveiller et comme si j’étais encore dans le gaz » semble une démarche plus hasardeuse. C’est pourtant celle entreprise par le groupe the XX, dans leur album sobrement intitulé XX.

The XX est un groupe britannique (et oui, encore un!), formé de quatre membres : Romy Madley Croft (chant et guitare), Oliver Sim (chant et basse), Jamie Smith (synthétiseur et boîte à rythmes) et Baria Qureshi (synthétiseur et guitare). Enfin ça, c’était au début, car ils ne sont désormais plus que trois vu que ce dernier a quitté le groupe. Ils ont autoproduit leur premier album, dont il est question ici, sorti en 2009. Il fut acclamé par la critique, ce qui montre, vous le verrez, que je n’ai pas toujours les mêmes goûts que tout le monde. Un second est sorti cette année, intitulé Coexist.

Je ne résiste pas à l’envie de vous livrer les premières lignes de leur page Wikipedia : « The XX est un groupe de rock aux sonorités épurées le rapprochant parfois de la musique minimaliste ». Ca pour être minimaliste… Bon moi j’aurais dit un groupe qui se fout carrément de la gueule du public, mais cela reste une question de point de vue. Certes, on n’est pas forcément obligé de posséder une formation de chanteur lyrique pour jouer dans un groupe de rock. Mais on a quand même le droit de posséder un minimum de voix.

Les morceaux de XX sont tous interprétés en duo. D’un côté, Romy Madley Croft possédant un semblant de qualité vocale. Par contre, elle se donne un malin plaisir à ne surtout pas nous en profiter de trop. Mais c’est sans doute pour ne pas rendre écrasant le contraste avec son compère Oliver Sim, qui, lui, chante carrément comme s’il venait de se réveiller. Enfin, si on peut appeler ça chanter. Je suis peut-être vache, mais je n’ai jamais entendu un professionnel mettre aussi peu de conviction dans sa voix. On a vraiment l’impression que ça l’emmerde profondément de pousser la chansonnette. Si c’était le cas, il pouvait très bien rester chez lui et laisser le soin à des gens plus motivés de faire des disques.

Certains auront certainement trouvé que cela donne un côté dandy bohème à la musique de The XX. Ca fait style, genre, appelez ça comme vous voulez. Personnellement, je trouve juste que ça fait surtout j’m’en foutiste. C’est d’ailleurs dommage, car si Romy Madley Croft chantait toute seule, XX n’en serait pas un album génial, mais au moins pourrait-il se laisser écouter. Au moins cela serait doux, paisible et agréable à l’oreille. Mais dès que Olivier Sim s’y met aussi, on a juste envie de lui balancer des grands seaux d’eau glacés pour le réveiller.

Allez, je vais être positif, je vais dire que Crystalised reste la seule chose à peu près intéressante dans XX. Un travail de dialogue entre les deux voix qui éveillerait presque un peu de joie dans l’oreille de l’auditeur. Le reste est uniformément mou, sans grand intérêt et qui plus est particulièrement monotone. On a hâte que ça se termine !

En écoutant XX, je me dis que The XX a bien fait de garder l’anonymat.

Pour finir, faisons le tour des chansons que l’on trouve sur cet album.

1.: Intro
Une introduction instrumentale.

2.: VCR
On trouve tout d’abord la voix de Romy plutôt agréable dans cet pop éthéré. Puis Oliver chante…

3.: Crystalised
Un travail de dialogue entre les deux voix intéressant. Sympa mais tout de même limité.

4.: Islands
Plus dynamique et plus construit, mais ne casse toujours pas trois pattes à un canard.

5.: Heart Skipped a Beat
Monotone, pour ne pas dire chiant, même si le rythme s’accélère un peu sur la fin.

6.: Fantasy
Un instrumental éthéré sans intérêt.

7.: Shelter
Sur un ton doux et paisible, mais toujours pas transcendant.

8.: Basic Space
Plus enjoué, mais ils ont toujours l’air de sortir de leur lit.

9.: Infinity
Ah si seulement Romy pouvait chanter seul…

10.: Night Time
Encore une chanson sous Prozac.

11.: Stars
Toujours la même chose, mais au moins cette fois, c’est fini…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.