I SPEAK BECAUSE I CAN (Laura Marling) : Folk jeune

ispeakbecauseicanlauramarlingAlors là, je n’en reviens pas. En préparant cet avis, je me suis renseigné sur Laura Marling, l’artiste dont je vais vous parler aujourd’hui par l’intermédiaire de son album I Speak Because I Can. Et là, j’ai eu la surprise de voir sa date de naissance, 1990. Jamais je n’aurais imaginé que cette musique pouvait sortir de la bouche et la guitare d’une jeune fille de 20 ans. Comme quoi la valeur n’attend pas le nombre des années, même si cet album n’est pas non plus le chef d’œuvre du siècle.

Laura Marling est née en Angleterre, dans le Hampshire pour être plus précis. Elle est la dernière d’une famille de trois enfants, nées d’une mère professeur de musique. Elle a donc toujours vécu dans cet univers artistique et a fait partie intégrante de la scène folk anglaise dès l’âge de seize ans. Elle a sorti son premier album, Alas, I Cannot Swim, en 2008. En 2010, paraît donc ce I Speak Because I Can, suivi un an plus tard de A Creature I Don’t Know.

Laura Marling est une artiste folk pure jus. Alors forcément, si on associe sa musique à celle de Bob Dylan ou Joan Baez, on a du mal à croire qu’elle puisse être aussi jeune. J’aurais aussi pu m’étonner de sa nationalité car j’imaginais vraiment en écoutant I Speak Because I Can, une artiste américaine d’une quarantaine d’années, même si le titre qui ouvre l’album a des sonorités irlandaises. Décidément, je crois bien qu’il ne faut pas que j’envisage une reconversion en tant que voyant, parce que je risque d’être aussi incompétent que les vrais.

I Speak Because I Can nous propose donc une musique plutôt douce, aux instrumentations assez épurées à la guitare sèche. Le tout est soutenu par une belle voix. Celle de Laura Marling n’a peut-être pas la personnalité de celle des légendes du genre, mais n’a pas non plus à rougir de la comparaison. Elle sait en jouer pour transmettre une réelle émotion et rendre l’écoute de cet album très agréable.

Ce qui manque en fait à I Speak Because I Can, c’est au moins un ou deux titres vraiment marquants. Il est assez homogène dans la qualité, mais c’est vrai qu’il ronronne plus qu’il ne bouleverse l’auditeur. Il coule tout seul, mais au final, on n’en retient pas grand chose. Les titres ne se ressemblent pas forcément. On passe d’un ton mélancolique à des airs plus festifs, mais sans jamais vraiment s’enthousiasmer ou être vraiment surpris. Il faut admettre que Laura Marling est une excellente interprète, mais ne brille pas non plus par une originalité et une créativité débridées.

On retiendra tout de même de ce I Speak Because I Can un Blackberry Stone plein d’émotion et Rambling Man plus énergique. Le tout est conclu par un I Speak Because I Can qui constitue une très jolie conclusion et justifie que l’album en tire son nom. Mais encore une fois, c’est assez difficile de ressortir un titre plutôt qu’un autre, tant ils sont proches dans la qualité. Et heureusement dans la bonne qualité !

I Speak Because I Can est donc objectivement un bon album folk, dont la maturité est assez surprenante pour une artiste aussi jeune. Mais il lui manque tout de même une toute petite étincelle pour réellement marquer les esprits.

Pour finir, regardons de plus près les titres que l’on trouve sur cet album.

1.: Devil’s Spoke
Un titre folk aux sonorités irlandaises qui monte en puissance.

2.: Made by Maid
Une petite ballade épurée.

3.: Rambling Man
La voix est d’abord douce, plus emplie de plus d’énergie, pour au final un des meilleurs titres de l’album.

4.: Blackberry Stone
Beaucoup d’émotions dans la voix, qui est un peu cassée pour le coup.

5.: Alpha Shallows
Un titre presque parlé, presque dissonant, avant qu’il ne devienne plus mélodieux.

6.: Goodbye England
Un morceau très simple encore une fois.

7.: Hope in the Air
Beaucoup de force et de conviction dans ce morceau.

8.: What He Wrote
Un titre mélancolique et triste, mais au final très beau.

9.: Darkness Descends
Un peu plus transparent, mais festif.

10.: I Speak Because I Can
Un joli au revoir, avec cette ballade folk pleine de conviction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.