MAIN DANS LA MAIN : L’amour pot de colle

maindanslamainaffichePour moi, personnellement, à mon humble point de vue, La Guerre Est Déclarée a été le meilleur film français (et presque tout court, ayant uniquement placé The Tree of Life au-dessus de lui) de 2011. Valérie Donzelli revient cette année avec Main Dans la Main, un film beaucoup plus léger et, disons-le, beaucoup moins marquant. Mais un film qui confirme toutes les qualités de cette réalisatrice qui ne bride pas son imagination.

Joachim vit une relation fusionnelle avec sa sœur Véro. Modeste employé d’une miroiterie de province, il croise pas hasard Hélène, directrice de l’école de danse de l’Opéra Garnier. Entre eux se produit une sorte de coup de foudre soudain et surtout très bref. Mais il reste inexplicablement incapable de se séparer.

Main Dans la Main est une sorte de comédie romantique fantaisiste et poétique. Une sorte car ce film reste relativement inclassable, partant d’une idée de base assez farfelue où deux personnages que tout sépare reste collés l’une à l’autre par une force mystérieuse et irrésistible. Mais le tout est amené avec une sorte de candeur rafraîchissante qui nous permet de l’accepter et d’entrer immédiatement dans cette très belle histoire.

Le cinéma de Valérie Donzelli a ceci de remarquable qu’il s’affranchit des codes, des conventions, voire même de la réalité, mais sans jamais donner l’impression d’être dans une recherche expérimentale. Tout cela semble naturel car bercé d’une douce poésie, aussi bien au niveau du scénario que visuellement. Main Dans la Main est film terriblement imaginatif, peut-être moins que la Guerre Est Déclarée, mais suffisant pour nous le faire aimer alors qu’il ne repose sur pas grand chose à part une idée saugrenue.

Le ton de Main Dans la Main est une comédie légère, parfaite pour cette fin d’année, à l’image de ce qu’avait été l’année dernière les Emotifs Anonymes. Une hymne à l’irrationalité de l’amour, sans pour autant livrer le moindre bons sentiments ou messages lourdingues. Un film qui nous allège le cœur et l’esprit. Le tout est parcouru d’un très léger souffle érotique, qui fera de Valérie Lemercier un objet de désir. Un exploit comparable à Le Plaisir de Chanter qui avait rendu Laurant Deustch sexy.

maindanslamainMain Dans la Main est un film riche qui ne se contente pas d’être une comédie romantique. Il nous parle de danse, des relations familiales, de la jalousie, de la maladie, du deuil… Des aspects plus ou moins graves, mais toujours traités avec cette même poésie qui permet au propos de n’être jamais alourdi. Valérie Donzelli a cette incroyable faculté de nous parler de tout avec ce regard si particulier qui fait tout le charme de son cinéma.

Bon, Main Dans la Main a quand même un petit défaut. Il est quelque peu surjoué. J’adore Valérie Donzelli, la réalisatrice, mais l’actrice en fait parfois un peu trop dans le expressions, suivi de près par son éternel compagnon (même s’ils ne sont plus ensemble dans la vie) Jérémie Elkaïm qui lui aussi nous livre un jeu parfois un peu forcé. Cela constitue la vraie limite de ce film, sans que cela ne gâche le plaisir outre mesure. De plus, tout cela est en grande partie compensé par la prestation magnifique et étonnante de Valérie Lemercier que j’ai déjà évoqué plus haut.

Main Dans la Main est une des bonnes surprises de cette fin d’année. Enfin, connaissant le talent de Valérie Donzelli, peut-on encore parler de surprise ?

Fiche technique :
Production : Wild Bunch, Rectangle Productions, Scope Pictures, France 3 cinéma
Distribution : Wild Bunch Distribution
Réalisation : Valérie Donzelli
Scénario : Valérie Donzelli, Jérémie Elkaïm, Gilles Marchand
Montage : Pauline Gaillard
Photo : Sébastien Buchmann
Décors : Gaëlle Usandivaras
Son : André Rigaut
Musique : Peter Von Poehl
Durée :
85 mn

Casting :
Valérie Donzelli : Véro
Béatrice de Staël : Constance De La Porte
Jérémie Elkaïm : Joachim Fox
Valérie Lemercier : Hélène Marchal
Serge Bozon : Jean-Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.