LA TRILOGIE DE L’EMPIRE, TOME 3 : MAITRESSE DE L’EMPIRE (Raymond E. Feist, Jamy Wurts) : Au revoir, Mara !

maitressedelempireSuite et fin de l’excellente trilogie justement intitulée la Trilogie de l’Empire, avec le troisième volet (logique pour une trilogie…) Maîtresse de l’Empire. Une saga qui nous prouve que la fantasy ne rime pas toujours avec un monde sans femmes comme chez Tolkien. Une saga qui nous prouve surtout que les femmes peuvent faire de la politique, voire même le faire mieux que les hommes. De la fantasy féministe donc !

Après avoir acquis le titre de Pair de l’Empire, Mara semble avoir amené la paix et la prospérité à la maison des Acoma. Mais elle n’a visiblement pas terrassé tous ses ennemis puisqu’une nouvelle tentative d’assassinat est perpétuée contre sa personne. La tentative échoue, mais aboutit à la mort de son fils aîné. Plongée dans le plus grands des désespoirs, elle devra vite reprendre ses esprits pour lutter contre de nouvelles menaces. Et s’opposer à la plus grande puissance de son monde : l’Ordre des Magiciens.

Commençons directement par l’élément qui fait légèrement tâche dans La Trilogie de l’Empire, Tome 3 : Maîtresse de l’Empire. Un épilogue parsemé de réflexions sorties tout droit du monde des Bisounours ou bien de chez McDonald…. Bah oui, ça se passe comme ça chez McDonald. Bref, c’est dommage de finir comme ça… Sauf que ces quelques pages sur trois tomes de pur bonheur littéraire, on les oublie vite, même si ce sont les dernières.

Si je veux vraiment continuer à chercher la petite bête, je dirais que La Trilogie de l’Empire, Tome 3 : Maîtresse de l’Empire aurait pu être encore plus passionnant. En effet, une partie du récit nous fait entrevoir de grandes révélations qui n’arrivent jamais vraiment. Mais pris dans le flux de l’intrigue, on n’a pas trop le temps de s’y attarder pendant un final riche en péripéties et en rebondissements.

La Trilogie de l’Empire, Tome 3 : Maîtresse de l’Empire est le plus long des épisodes, mais aussi le plus riche en évènements. En effet, le décor est déjà posé depuis longtemps et si le récit va nous faire découvrir quelques territoires encore inconnus, c’est largement l’action qui domine dans ce roman. Des intrigues de cour bien sûr, mais aussi beaucoup d’action plus directe. Moins de complot, plus d’affrontements. Cela permet à l’esprit de la saga de se renouveler quelque peu, en tout cas de ne pas faire naître chez le lecteur la moindre lassitude.

On retrouve bien sûr dans La Trilogie de l’Empire, Tome 3 : Maîtresse de l’Empire toutes les qualités qui nous a fait tant apprécier les deux premiers volumes. Tout d’abord, ces personnages si réussis que l’on connaît très bien désormais. Le récit à la bonne idée de continuer à les faire évoluer, de leur donner encore une épaisseur supplémentaire. Il continue également à être toujours clair. Les évènements sont plus directs, plus simples à comprendre, Raymonde E. Feist n’allait donc pas commencer ici à nous perdre dans une intrigue confuse.

Toutes ces qualités tiennent toujours à la qualité de la plume de Raymond E. Feist et Jamy Wurts. Je le répète à chaque fois que je rédige un avis sur un roman du premier, mais son style est bien meilleur que ce que la fantasy nous offre d’habitude. C’est donc avec un plaisir toujours aussi grand que l’on parcourt, que dis-je, que l’on dévore ces pages au sein de cet incroyable univers sorti de son imagination.

La Trilogie de l’Empire peut être lue indépendamment du reste de l’ouvre de Raymond E. Feist. Elle s’achève en beauté avec ce troisième tome, Maîtresse de l’Empire qui nous fait quitter à grands regrets sa merveilleuse héroïne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.