PAS DE LARMES POUR LANCE ARMSTRONG

LanceArmstrongOprahWinfreyLes confessions de Lance Armstrong sont à la fois un non-événement complet et un tournant dans l’histoire du cyclisme. Un non-événement parce que la mise en scène ridicule a transformé des aveux en opération de communication. Le but était de sauver ce qui pouvait l’être encore et surtout d’éviter à l’Américain le même détour par la case prison que Marion Jones avant lui. Les journaux ont déjà souligné les nombreux mensonges qui ont encore émaillé ces soi-disant révélations. Tout reste sous contrôle. Si c’est à ça que ressemble le cœur ouvert de Lance Armstrong, c’est sans doute qu’il est totalement dénué de cet organe.

Le vrai tournant de cette affaire fut évidemment le rapport de l’USADA, qui a décrit avec minutie les techniques de dopage de Lance Armstrong et son équipe. Les aveux de ce dernier ne changent pas grand chose, les faits étaient déjà largement avérés. Mais tout de même, sa parole, même émaillée encore de bien des contre-vérités, n’autorisera plus d’ancien champion comme Eddy Merckx ou Miguel Indurain à avoir l’indécence de dire qu’ils croient encore en son innocence. Personne ne les écoutait plus, mais peut-être tout cela va les pousser à parler à leur tour.

Car si même un homme aussi haï que Lance Armstrong, un homme décrit comme monstrueux, tyrannique, manipulateur et j’en passe a fini par avouer qu’il s’est dopé, pour qui vont passer ceux qui gardent encore le silence ? On pense tout de suite à notre Laurent Jalabert national. Oui, on t’aime Laurent, comme on aimait Laurent Fignon, dont les confessions n’ont fait que renforcer le lien entre lui et le public français. Un éditorial célèbre de l’Equipe Magazine t’avait exhorté à parler. Tu avais fait une réponse aussi élusive qu’intelligente, un joli moment de ni oui, ni non, mais qui, avouons-le, nous avait tous déçus. Alors, aujourd’hui, il est vraiment temps de renouveler cet appel !

Et espérons que si d’autres parlent enfin, ils le feront avec infiniment plus de sincérité que Lance Armstrong, que nous avons enfin le droit d’oublier définitivement. Si l’Américain avait été programmé pour gagner, il aura pu découvrir que l’on peut bien plus difficilement programmer l’émotion. Adieu et sans regret !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.