TO THE SEA (Jack Johnson) : Le soleil brille toujours à Hawaii

totheseajackjohnsonAlors que la grisaille a succédé au grand froid, on a tous envie de partir vite au soleil pour faire le plein de soleil et de bonne humeur. Pourquoi ne pas partir à Hawaï ? C’est une bien belle destination ! C’est vrai, mais malheureusement, c’est un peu cher. Alors, on se contentera de s’y rendre par la pensée en écoutant la musique de Jack Johnson, notamment son album To The Sea, qui fleure bon les chemises à fleurs !

Jack Johnson est vraiment le mec qu’on déteste. Déjà, il est né au pays de Magnum et plutôt beau gosse. De plus, il est surfeur et aurait même pu devenir professionnel si un accident ne lui avait appris à avoir peur. Et enfin, il chante et joue de la guitare… Bref, je ne vous raconte pas le succès auprès des femmes… Mais bon, comme il fait tout cela avec infiniment de talent, on lui pardonne. Son succès en France a surtout débuté en 2005, avec son troisième album, In Between Dreams, porté par son tube Good People. To the Sea est lui sorti en 2010.

Dans To The Sea, Jack Johnson mélange toujours avec le même bonheur rock, folk, blues et country. Ses chansons donnent envie d’être écoutées sur la plage, la nuit, autour d’un feu, avec une bière fraîche, tout en contemplant les étoiles. Bref, une musique plutôt tranquille et douce qui donne envie de vivre la belle vie. Tout cela est porté par sa voix suave qu’il utilise avec beaucoup de dextérité pour nous charmer une nouvelle fois.

Bon par contre, il faut bien avouer que même si le soleil d’Hawaï est très plaisant, il n’y a pas grand-chose de nouveau en-dessous. En effet, To The Sea se situe dans la droite lignée de ses albums précédents et ne réservent ni surprises, ni innovations. Jack Johnson fait du Jack Johnson. Pour sûr, il le fait bien, mais on est en droit d’être ne serait-ce qu’un tout petit peu déçu de ce point de vue-là. Certes, quand on était, comme moi, assez fan de sa musique, on savoure, mais sans enthousiasme délirant. C’est toujours aussi bon, mais c’est toujours aussi un peu la même chose.

Mais dans l’absolu, To The Sea reste très bon car il propose une belle densité. De mon point de vue, seul le titre Turn Your Love est en retrait du reste. Sinon, on retrouve une alternance de ballades et de rythmes plus entraînants. S’il varie peu d’un album à l’autre, au moins, ne propose-t-il pas une trop grande monotonie au sein de ses albums. Les titres sont loin de tous se ressembler, même si cela reste toujours paisible et serein. C’est aussi pour ça qu’on aime Jack Johnson et pour ça, on est très heureux qu’il n’ait pas changé. Et si je devais ressortir un seul titre de cet album, je choisirai From the Clouds, un des titres les plus énergiques de cette album. Mais j’aurais tout aussi bien pu à l’inverse, To the Sea est lui tout en douceur et permet d’apprécier pleinement la très belle voix de notre ami surfeur.

Jack Johnson continue son petit bonhomme de chemin avec To The Sea. Un chemin sur lequel on est heureux de l’accompagner, même si on commence à connaître quelque peu le paysage.

Pour finir, passons en revue les titres que l’on trouve sur To The Sea.

1.: You And Your Heart
Tout ce que l’on aime chez Jack Johnson, interprété avec entrain et conviction.

2.: To The Sea
La voix de Jack Johnson nous charme et nous transporte.

3.: No Good With Faces
Ton plus doux, plus posé.

4.: At Or With Me
Un titre qui commence au piano, avant une suite entre blues et rock.

5.: When I Look Up
Un très court morceau très mélodieux, accompagné de chœurs, qui sonne comme une berceuse.

6.: From The Clouds
Un titre presque entraînant, mais surtout excellent !

7.: My Little Girl
Un morceau très épuré, presque murmuré.

8.: Turn Your Love
Un rien transparent, limite ennuyeux.

9.: The Upsetter
Un rock un peu chaloupé.

10.: Red Wine Mistakes Mythology
Un peu groovy avec Jack Johnson toujours aussi séducteur.

11.: Pictures Of People Taking Pictures
Une ballade un peu fleur bleue pour ados.

12.: Anything But The Truth
Une ballade épurée, un rien mélancolique.

13.: Only The Ocean
Une ballade qui sonne comme un au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.