EYE ON THE HORIZON (Dreadzone), MAGIC (Sean Rowe), ALL DAYS ARE NIGHTS : SONGS FOR LULU (Rufus Wainwright) : 1 contre 2

eyeonthehorizondreadzoneUn rapide passage en revue de trois albums, dont deux ne méritent vraiment pas qu’on s’y attarde. On va commencer par le meilleur avec Eye On The Horizon du groupe Dreadzone. Il s’agit d’un groupe britannique actif depuis 1993 et qui signe là un sixième album studio, sorti en 2010. Cette formation est connue pour ses mélanges de styles détonants. C’est encore le cas ici car sur un fond généralement assez rock viennent se greffer des sonorités diverses allant du reggae au hip-hop, en passant même par l’eurodance. Ils mettent toujours beaucoup d’énergie dans leurs morceaux et font preuve d’une très grande maîtrise artistique. De toute façon, sans cela, leur mélange des genres ressemblerait vite à une infâme bouilli. Il n’en est rien sur cet album qui se laisse écouter, même s’il flotte quelque peu sur les derniers morceaux.

On n’en dira pas autant de Magic de Sean Rowe, un américain qui nous livre du bon gros rock qui tâche. Le problème est qu’il semble plus cracher que chanter. Ca pourrait ressembler à du Nirvana, mais le talent en moins. Bref, sans grand intérêt.

Rufus Rainwright est un musicien-chanteur canadien, qui a la particularité d’avoir écrit un opéra. Mais sur All Days are Nights : Songs for Lulu, il se contente de poser sa voix sur des airs de piano. Sa voix ressemble étrangement à celle d’Ewan McGregor dans Moulin Rouge. Le problème réside dans des envolés lyriques aussi soudaines que pénibles, qui rend irritant un album qui aurait pu se contenter d’être relativement transparent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.