SPRING BREAKERS : Sous le soleil

springbreakersafficheLes Etats-Unis, terre de contraste… Ok, voilà un formulation bateau qui pourrait s’appliquer à beaucoup de pays. Mais elle vient assez naturellement quand on pense à cette tradition du spring break, moment de beuverie et de débauche où les adolescents américains oublient qu’ils vivent dans une des sociétés les plus puritaines qui soit. Vous avez dit hypocrisie ? Bon, je ne suis pas ici pour lancer ce passionnant débat, mais pour vous parler de Spring Breakers, un film assez dérangeant… mais réussi puisque c’est fait exprès…

 Spring Breakers est un film troublant car il n’offre aucun point de vue. Il montre ces jeunes filles tomber dans la débauche et la violence. On voit leur fascination pour l’argent et les armes monter et les amener vers une fin que l’on imagine très vite guère proche de celle d’un conte de fée. Le tout est porté par regard crû et toujours distant, qui insiste lourdement, nous force à regarder en face et à affronter notre malaise. La réalisation est certes très esthétisante, mais cela passe avant tout par des effets de répétition nous montrant encore et encore les mêmes images, souvent au ralenti. Les images sont froides et nous donne ainsi froid dans le dos quand on a assiste à cette chute inexorable de quatre adolescentes un peu délurées vers des choses beaucoup plus graves.

springbreakersSpring Breakers est donc un film assez à part. Il ne brille pas par son scénario, ni par un vrai suspense. Mais le sujet, surtout vu de chez nous où cette tradition semble assez étrange, fascine, interpelle, éveille une curiosité qui ne faiblit pas. On se demande tout du long où Harmony Korine veut nous mener. Surtout que le rythme, assez contemplatif au début, accélère crescendo pour nous maintenir dans le film dès qu’on aurait la tentation d’en sortir.

Spring Breakers constitue la confirmation du pouvoir de caméléon de James Franco, assez méconnaissable dans ce rôle de gangster d’apparat. Ce ne sera jamais le plus grand acteur du monde, mais au moins prend-il toujours le risque de s’attaquer à des rôles toujours différents ! Sa prestation qui met elle-aussi souvent mal à l’aise restera comme un des éléments marquants de ce film.

Fiche technique :

Production : Hero Entertainment, Annapurna Pictures, Muse Rabbit Bandini Radar, MJZ O Salvation Pop Films, Iconoclast
Distribution : Mars distribution
Réalisation : Harmony Korine
Scénario : Harmony Korine
Montage : Douglas Crise
Photo : Benoit Debie
Décors : Elliott Hostetter
Musique : Skrillex, Cliff Martinez
Durée : 92 mn
 
Casting :
James Franco : Alien
Vanessa Hudgens : Candy
Selena Gomez : Faith
Ashley Benson : Brit
Rachel Korine : Cotty
Gucci Mane : Archie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.