LE MONDE FANTASTIQUE D’OZ : Sam Raimi, le vrai magicien

lemondefantastiquedozaffichePour moi, il y’a deux réalisateurs dont l’œuvre et le talent sont bien trop sous-estimés. D’un côté, John McTiernan, l’auteur de Predator, Piège de Cristal, A la Poursuite d’Octobre Rouge et Last Action Hero, auquel les studios n’ont inexplicablement jamais fait confiance, qui n’a rien tourné depuis dix ans et va même passer quatre mois en prison. De l’autre, Sam Raimi qui nous a offert Evil Dead, Un Plan Simple, Spider-Man (le vrai, pas la daube sortie l’année dernière), Jusqu’en Enfer et enfin Le Monde Fantastique d’Oz. Ce dernier vient de sortir sans grand tambour, ni trompettes, alors qu’il est un vrai régal.

Certes, le Monde Fantastique d’Oz n’est pas doté du scénario le plus inoubliable, ni le plus complexe, ni le plus original de l’histoire du 7ème art. Pas de Dorothy ici, mais le récit de l’arrivée du fameux magicien à Oz. On pourrait donc parler de prequel, mais ce film forme vraiment une œuvre indépendante que l’on peut apprécier pleinement sans rien savoir de l’œuvre la plus connue. Bien sûr, on retrouve de nombreux clins d’œil aux évènements futurs, mais cela ne gâche en rien le plaisir de tout en ignorer. L’intrigue reste tout de même bien construite, rythmée et pleine de rebondissements (mais pas trop!), jamais cucul, dotée de personnages attachants, à défaut de grande profondeur. On reste certes dans le divertissement pur, mais une divertissement d’une incroyable qualité cinématographique.

lemondefantastiquedozEn effet, le Monde Fantastique d’Oz, c’est une idée à chaque plan. Une créativité visuelle formidable se retrouve dans la photographie, dans les angles de vue, le montage ou encore le format même de l’image. Le tout est porté par des effets spéciaux de toute beauté… justement parce qu’ils ont un léger côté rétro et pastel qui respecte totalement l’esprit des précédentes adaptations. Il s’agit peut-être d’imperfections dues à un manque de moyen, mais cela donne une personnalité graphique à ce film artistiquement remarquablement abouti. Enfin, la musique signée Danny Elfman vient apporter sa pierre, et non des moindres, à ce très bel édifice.

Sam Raimi a au moins la chance d’avoir encore la confiance de producteurs. Ceci pour notre plus grand bonheur. Espérons que la critique et le public sauront enfin voir l’immensité du talent de ce réalisateur rare, qui aime peut-être trop les films de genre pour être tout à fait pris au sérieux mais qui n’a pourtant rien à envier à un Tim Burton notamment.

Fiche technique :
Production : Walt Disney Pictures, Roth Films
Distribution : Walt Disney Studios Motion Pictures International France
Réalisation : Sam Raimi
Scénario : Mitchell Kapner, David Lindsay-Abaire, d’après le roman de L. Frank Baum
Montage : Bob Murawski
Photo : Peter Deming
Décors : Robert Strombert
Musique : Danny Elfman
Durée : 130 mn
 
Casting :
James Franco : Oz
Mila Kunis : Theodora
Rachel Weisz : Evanora
Michelle Williams : Annie, Glinda
Zach Bradd : Frank, Finley
Bill Cobbs : Maître Tinker
Tony Cox : Knuck

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.