LES AMANTS PASSAGERS, WARM BODIES, GI-JOE 2 : CONSPIRATION : Soirée légère

lesamantspassagersafficheMa soirée cinématographique de vendredi soir a été placée sous le signe de la légèreté, ou du moins disons qu’elle ne m’a pas trop coûté de neurones. Elle a débuté par la fantaisie aérienne signée par Pedro Almodovar, les Amants Passagers. Une comédie assez loufoque, à base de marivaudages multiples, aussi bien hétéro qu’homosexuels, mettant en scène diverses personnages dans l’espace assez confiné de la classe affaire d’un vol Madrid-Mexico.

Bon, je dois bien l’avouer, j’ai trouvé ce film ni vraiment drôle, ni vraiment intéressant. Les histoires croisées sont forcément inégales, mais aucune d’entre elles ne m’a vraiment permis de rentrer dans l’avion avec les protagonistes. Les Amants Passagers joue clairement la carte de l’humour décalé, mais on est très loin de la qualité d’un Femmes Au Bord de la Crise de Nerf. Visiblement, avec les années, Pedro Almodovar a oublié comment faire une vraie et bonne pure comédie. Le film nous réserve heureusement trois minutes de pur bonheur, le temps d’une chorégraphie sur I’m so Excited de The Pointer Sisters. Mais il nous laisse quand même globalement une impression d’un cinéaste qui n’a pas réussi à puiser ailleurs que dans son propre univers et ses propres obsessions (sexuelles en particulier) pour une quasi auto-parodie ratée.

warmbodiesafficheLa soirée s’est poursuivie avec Warm Bodies. Bon, je n’avais pas franchement prévu de le voir, mais pour avoir croisé des gens l’ayant quand même apprécié et puisque les horaires collaient, j’ai donc fini par y aller. Comédie romantique adolescente sympathique et presque originale, puisqu’elle concerne une humaine et un zombi. Dommage cependant que tout cela reste si gentillet et premier degré et n’exploite pas pleinement les possibilités offertes par un pitch qui aurait pu conduire facilement au politiquement incorrect. Il n’y a qu’à voir le physique de l’héroïne, désespérément blonde et à la dentition parfaite. N’attendez pas d’allusions sexuelles ou de blagues grivoises, tout cela reste dans le divertissement familial typiquement hollywoodien, avec bons senteiments et happy-end pour finir. Cependant, le film fonctionne incontestablement bien et on passe tout de même un bon moment.

 
gijoe2afficheEnfin, tout cela s’est terminé avec GI-Joe 2 : Conspiration. Là, on est vraiment dans la madeleine de Proust, me replongeant dans les milliers d’heures que j’ai passé dans mon enfance à jouer avec ces figurines. Si le premier volet avait été assez basique, au moins réservait-il quelques passages sympas, dont une belle poursuite dans Paris se terminant par la destruction de la Tour Effeil. Ici, en plus d’un scénario sans aucun intérêt, ni réels rebondissements, on n’a même pas de vrai moment de bravoure, à part peut-être quelques secondes où on assiste à la destruction de Londres (et oui, chacun son tour !). Cette nouvelle production Hasbro prend donc le même chemin que la franchise Transformers. Après avoir épuisé le peu de bonnes idées dans un premier volet se laissant regarder avec plaisir, les suites s’annoncent nombreuses et sans aucun intérêt. Mais bon, que ne ferait-on pas pour replonger en enfance le temps d’un film ?
 
LES AMANTS PASSAGERS
 
Fiche technique :
Production : Ek Deseo S.A.
Distribution : Pathé distribution
Réalisation : Pedro Almodovar
Scénario : Pedro Almodovar
Montage : José Salcedo
Photo : José Luis Alcaine
Décors : Antxon Gomez
Musique : Alberto Iglesias
Costumes : David Delfin
Durée : 90 mn
 
Casting :
Javier Camara : Joserra
Lola Duenas : Bruna
Cecilia Roth : Norma Boss
Carlos Areces : Fajas
Raul Arevalo : Ulloa
Hugo Silva : Benito Moron
Antonio de la Torre : Alex Acero
Paz Vega : Alba
Penelope Cruz : Jessica
Antonio Banderas : Leon
 
WARM BODIES
 
Fiche technique :
Production : Summit Entertainment, Make Movies, Mandeviu
Distribution : Metropolitan Filmexport
Réalisation : Jonathan Levine
Scénario : Jonathan Levine, d’après le roman d’Isaac Marion
Montage : Nancy Richardson
Photo : Javier Aguirresarobe
Décors : Martin Whist
Musique : Marco Beltrami, Buck Sanders
Durée : 98 mn
 
Casting :
Nicholas Hoult : R
Teresa Palmer : Julie
Analeigh Tipton : Nora
Rob Corddry : M
Dave Franco : Perry
John Malkovich : Grigio
 
GI-JOE 2 : CONSPIRATION
 
Fiche technique :
Production : Paramount pictures, MGM, Hasbro, Skydance productions, Di Bonaventura Pictures
Distribution : Paramount Pictures France
Réalisation : Jon M. Chu
Scénario : Rhett Reese, Paul Wernick
Montage : Roger Barton, Jim May
Photo : Stephen Windon
Décors : Andrew Menzies
Musique : Henry Jackman
Costumes : Louise Mingenbach
Durée : 110 mn
 
Casting :
Dwayne Johnson : Roadblock
Jonathan Pruce : le président
Byung-hun Lee : Storm Shadow
Elodue Yung : Jinx
Channing Tatum : Duke
RZA : Blinde Master
Bruce Willis : General Joe Colton
Ray Stevenson : Firefly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.