TANGOS FOREVER

tangosLes grandes équipes ne meurent jamais, c’est bien connu, tous fans de sport vous le diront. Bon, sauf évidemment, quand elles meurent, mais telle n’est pas la question… Bourges Basket fait définitivement partie de ces équipes auxquelles le succès colle encore et encore à la peau. En renversant totalement la situation par deux victoires à Montpellier, après une défaire initiale dans le Berry, les filles de Valérie Garnier, ont remporté leur 12ème titre de championne de France depuis l’arrivée du club au sommet, en 1995.

Si les compétitions de basket répondaient au même fonctionnement que le football, Montpellier aurait été logiquement sacré. Mais en basket, on est champion à l’issue d’une finale qu’il faut remporter, quelle que soit la domination que l’on a exercé pendant le reste de la saison. Les filles de Valérie Demory peuvent donc ressentir un petit sentiment d’injustice, surtout après un premier match qui avait semblé confirmer leur domination. Mais voilà, Bourges avait des ressources que Montpellier ne possède pas.

Les filles de Montpellier ont eu le bras qui tremble au moment de l’emporter, c’est incontestable. Leur pourcentage d’adresse particulièrement famélique lors deux dernières rencontres tient bien sûr de la qualité de la défense berruyère, mais aussi forcément d’une forme de fébrilité. Gagner s’apprend et le club héraultait aura payé cher son apprentissage. La culture de la gagne dont on parle souvent n’est pas un mythe, surtout dans un sport qui demande autant d’adresse et autant de sang-froid.

Alors les meilleures ont-elles gagné ? Les mérites de Montpellier sont immenses et son collectif était sûrement le mieux huilé. Bourges, de son côté, a connu une saison particulièrement marquée par les blessures à répétition de joueuses majeures. Du coup, jamais l’équipe n’a pu exprimer une puissance collective sur la durée. Mais quand il a fallu hisser son niveau de jeu, que ce soit en phase finale de Coupe d’Europe ou en finale du Championnat de France, les individualités ont répondu présentes, en premier lieu l’épatante Céline Dumerc, et ont la fait la différence… Toute la différence…

J’ai avec ce club, cette équipe une relation affective qui me poursuivra toujours. Et tant que les filles de Bourges me permettront de vivre de tels moments, cette flamme ne sera pas prête de s’éteindre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.