CHAMPIONS !

championsPutain 19 ans… C’est avec une immense joie que j’écris pour la dernière fois cette maxime que j’ai déjà employée à de nombreuses reprises dans différents billets consacrés au PSG. L’attente fut longue, mais elle se voit enfin récompensée par un titre de champion certes promis, mais qui vient après tant de frustrations que l’émotion est réelle. Comment le club parisien a-t-il pu attendre aussi longtemps avant d’être à nouveau récompensé ? Cela paraît incroyable, même si on sait que ce club pas comme les autres, qu’une large partie du pays aime tant détester, devra toujours en faire un peu plus que les autres pour triompher.

Au cours des années et souvent cette saison, le club et les joueurs auront semblé faire exprès de donner le bâton pour se faire battre. Mais que n’a-t-on pas entendu sur cette équipe soit disant décevante et sans fond de jeu. Elle choisit ses matchs paraît-il, elle n’est brillante que par intermittence. Pourtant, elle peut encore être sacrée avec le deuxième meilleur total de points depuis l’instauration de la victoire à trois points (1994). On n’a jamais dit ça de Lyon dont on vantait à l’infini l’écrasante domination alors qu’elle faisait moins bien que l’équipe parisienne cette saison… ou même la saison dernière, où elle a été un dauphin aux statistiques de champion dominateur.

Il faudra encore parcourir bien du chemin avant de retrouver un respect que le club parisien avait su gagner au cours des années 90. L’avenir reste donc à écrire. Et cet avenir passera par l’Europe. Le PSG devra confirmer son excellent parcours en Ligue des Champions de cette année. Un nouveau titre de champion de France ne sera plus vécu que comme une normalité et il restera toujours des jaloux et des aigris pour faire la fine bouche. Par contre, les victoires à l’échelon supérieure font taire toutes les critiques. Elles permettront surtout d’attirer plus facilement de grands noms qui traînent des pieds pour évoluer dans un championnat et un club encore largement sous-côtés à l’échelle du continent.

L’heure est à la fête et aux réjouissances pour le club et ses supporters. Mais le football est à l’image de son ballon, toujours en train de rouler. De grosses incertitudes planent sur l’effectif parisien de l’année prochaine et surtout sur le nom de l’entraîneur. Ces questions vont vite faire la une de l’actualité, reléguant le titre de champion au rang de souvenir. Mais il restera longtemps dans le cœur des supporters comme un des plus beaux qui soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.