GRIGRIS : Dansons le Tchad Tchad Tchad

grigrisafficheL’Afrique sub-saharienne reste encore le parent pauvre du cinéma mondial. Pourtant, quelques films arrivent de temps en temps sur nos écrans. Après Viva Riva, film congolais, aperçu l’année dernière, voici Grigris qui nous vient du Tchad et qui avait fait un petit tour par Cannes, où il avait reçu un accueil très favorable. Il faut dire que l’on tient là un film plutôt bien construit et dépaysant, sans être du tout faussement exotique.

Grigris est en fait une histoire très classique. Celui du jeune homme, qui pour une cause noble, va s’acoquiner avec la pègre local pour gagner l’argent dont il a besoin pour son beau-père, hospitalisé. Son histoire d’amour avec une prostituée pourrait tourner au cliché du genre, si le décor, l’ambiance générale de ce film nous propulsait dans un monde que l’on a pu l’habitude de voir sur grand écran. Le film nous montrera d’ailleurs les différentes facettes d’une société tchadienne écartelée entre ses propres traditions et un modèle occidental de plus en plus envahissant. Le film prend grâce à cela un intérêt bien plus large que celui proposé par le simple fil rouge narratif.

grigrisEnfin Grigris fascine par la présence assez extraordinaire de Souleymane Démé, son acteur principal. Atteint de la polio, il utilise son handicap pour nous livrer quelques numéros de danse assez prodigieux. Mais plus largement, son regard parfois dérangeant, mais fascinant, son charisme, sa présence, sa démarche à la fois maladroite et volontaire en font un personnage rare et marquant, qui donne à ce film une toute autre ampleur, quand, d’un point de vue de la réalisation pure, il tient du téléfilm bien foutu plutôt que du long métrage.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Production : Pili Films, Goi-goi productions
Réalisation : Mahamat-Saleh Haroun
Scénario : Mahamat-Saleh Haroun
Montage : marie-Hélène Dozo
Photo : Antoine Heberle
Distribution : Les films du losange
Son : André Rigaut
Durée : 101 mn

Casting :
Souleymane Démé : Grigris
Cyril Guei : Moussa
Anais Monory : Mimi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.