MONSTRES ACADEMY, LE GRAND MECHANT LOUP : Humour varié

monstresacademyafficheDeux comédies très différentes, mais deux bons moments d’humour avec Monstres Academy et Le Grand Méchant Loup. Le premier est donc un film d’animation américain, sorti des studios Pixar, et qui constitue la suite, ou plutôt le prequel, de Monstres et Compagnie qui nous avait fait tant rire il y a maintenant plus de 10 ans. On est heureux de retrouver Bob et Sulli pour leurs grands débuts à l’université, afin d’apprendre à devenir des « terreurs d’élite ». Des débuts qui seront évidemment particulièrement mouvementés et ne se dérouleront pas tout à fait comme ils l’avaient imaginé.

On peut évidemment trouver à cette exploitation d’un précédent succès un petit goût artificiel, mais force est de constater que le scénario de Monstres Academy nous propose quelques surprises, notamment au moment d’un dénouement qui n’est pas du tout le happy-end cousu de fil blanc auquel on pouvait s’attendre. Cela permet de terminer ce divertissement sympathique, mais, il est vrai, sans réel génie, sur une note agréable, après avoir passé un bon moment, parsemé de vrais éclats de rire. On est là face à une œuvre beaucoup plus anodine que premier volet, mais qui se laisse regarder sans problème. Les plus grognons regretteront que les auteurs n’aient pas su renouveler le tour de force de Toy Story, franchise où la qualité n’a jamais diminué d’un pouce, bien au contraire, mais ils auront bien tort de bouder leur plaisir.

legrandmechantloupafficheLe Grand Méchant Loup est quant à lui une comédie des mœurs à la française. Elle offre une vision très masculine de la relation amoureuse, à l’instar du Cœur des Hommes (dont le troisième volet sortira à la rentrée). Peut-être que le propos développé déplaira à certaines, mais il n’empêche qu’il ne fait que retranscrire une réalité sur la manière dont les mâles vivent l’engagement et la fidélité. Par contre, il serait injuste de voir dans ce film la moindre trace de misogynie, puisque ce film ne dit rien sur le point de vue féminin. Il ne cherche donc pas à différencier les sexes, mais à nous faire partager un point de vue qui existe quoiqu’il en soit.

Cependant, le Grand Méchant Loup reste quand même avant tout une comédie. C’est parfois vraiment drôle, avec des personnages, certes inégaux, mais tout de même assez réussis. On s’y attache assez facilement et on partage leurs mésaventures avec joie, à défaut d’enthousiasme. Le film provoque quelques vrais éclats de rire, même si l’humour est avant tout situationnel. Le trio d’acteurs est au niveau, même si Fred Testot est sans doute le plus limité. Kad Merad n’en fait pas trop et Benoît Poelvoorde confirme une polyvalence insoupçonnée à ses débuts.

LES NOTES :
MONSTRES ACADEMY : 12/20
LE GRAND MECHANT LOUP : 12/20

MONSTRES ACADEMY
Fiche technique :
Production : Pixar Animation Studios, Walt Disney Pictures
Distribution : Walt Disney Studios Motion Pictures France
Réalisation : Dan Scanlon
Scénario : Dan Scanlon, Daniel Gerson, Robert L. Baid
Montage : Greg Snyder
Musique : Randy Newman
Directeur artistique : Ricky Nierva

Casting :
Billy Cristal : Michael Wazowski
John Goodman : James P. Sullivan
Steve Buscemi : Léon
Helen Mirren : la doyenne Hardscrabble
Alfred Molina : Professeur Knight

LE GRAND MECHANT LOUP

Fiche technique :
Réalisation et scénario : Nicolas & Bruno
Photographie : Laurent Dailland
Montage : Reynald Bertrand
Musique Originale : Eric Neveux
Superviseur Musical : Pascal Mayer
Décors : Laurent Tesseyre

Casting :
Benoît Poelvoorde : Philippe
Kad Merad : Louis
Fred Testot : Henri
Valérie Donzelli : Nathalie
Charlotte Le Bon : Natacha
Zabou Breitman : Victoire
Cristiana Reali : Eléonore
Léa Drucker : Patricia
Linh-Dan Pham : Lai
Marie-Christine Barrault : Mère
Denis Podalydès : Stanislas Lastic
Gilles Gaston-Dreyfus : Jean-Loup
Francis Van Litsenborgh : Père Aymeric

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.