RIDDICK : Solide comme Vin

riddickafficheRiddick est le troisième volet des aventures du personnages du même nom. Il nous offre une nouvelle fois un film de science-fiction bien foutu (même si personnellement, je n’ai pas vu le premier volet, Pitch Black). Cette franchise est donc définitivement solide et distrayante, en ayant la sympathique modestie de ne pas chercher à être autre chose. Après, elle se heurte aux mêmes limites que son acteur principal, Vin Diesel, sûrement pas le plus expressif de l’histoire, mais qui possède un charisme indéniable.

Riddick débute par une longue introduction qui nous permet de redécouvrir le personnage et qui s’apparente plutôt à un film d’aventures. Puis on rentre dans le vif du sujet avec une sorte de huis-clos, tendance Alien, mais où la menace vient pour une fois du héros. Cela fonctionne plutôt bien et n’est pas dénué d’imagination et presque d’originalité. Bien sûr les personnages secondaires sont quelque peu basiques, mais le scénario n’est jamais cousu de fil blanc, à part peut-être un tantinet dans les dernières minutes.

riddickSans faire beaucoup de bruit, Riddick nous confirme que l’anti-héros nyctalope reste une valeur sûre de la science-fiction cinématographique.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Production : One Race Productions, Riddick Canada Productions, Radar Pictures
Distribution : Metropolitan FilmExport
Réalisation : David Twohy
Scénario : David Twohy, d’après les personnages de Jim Wheat et Ken Wheat
Montage : Tracy Adams
Photo : David Eggby
Décors : Joseph C. Nemec
Musique : Graeme Revell
Durée : 119 mn

Casting :
Vin Diesel : Riddick
Jordi Mollà : Santana
Matt Nable : Boss Johns
Katee Sckhoff : Dahl
Dave Bautista : Diaz
Bokeem Woodbine : Moss
Raoul Trujillo : Lockspur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.