DEUX JOURS, UNE NUIT : Chapeau, les frangins !

deuxjoursunenuitafficheJe l’avoue… enfin non je n’avoue pas, ce n’est pas non plus un crime. Je dis simplement que je n’étais pas vraiment fan des frères Dardenne. Ou plutôt je trouvais l’enthousiasme critique vis-à-vis de certains de leurs films quelques peu exagéré, peut-être parce que je déteste ces films où on vous colle devant la misère et le malheur pour qu’on se sente obligé d’être ému, sous peine de culpabiliser. Mais cette fois, je dis chapeau bas les frangins avec ce Deux Jours, Une Nuit aussi bouleversant que magnifique.

Deux jours, Une Nuit a beaucoup fait parler de lui à travers la performance assez extraordinaire de Marion Cotillard. Elle confirme, après De Rouilles et d’Os, qu’elle est faite pour les rôles difficiles. Elle possède un talent rare que les grands directeurs d’acteurs savent transcender. Les frères Dardenne font partie de cette race là. Pourtant, la tâche était ardue car savoir se renouveler tout au long d’un film, quand on doit rejouer encore et encore la même situation, demande d’aller chercher au plus profond de soi. Ne doutons pas que Marion Cotillard a mis beaucoup d’elle même dans ce rôle et on ne peut que l’en remercier.

Pdeuxjoursunenuitendant une partie du film, j’ai vraiment peur que Deux jours, Une Nuit ne s’enferme dans une sorte de voyeurisme, face à cette humiliation qui se répète encore et encore. On partage vraiment cette souffrance et on peut craindre à un moment que cela finisse par devenir insupportable et gratuit. Mais le scénario est assez bien construit pour dépasser cela très vite et tendre vers un vrai suspense. Jusqu’au bout, on se demandera quel sera le dénouement. De plus, ce dernier finira par délivrer un message plus complexe et ambiguë que ce que l’on pouvait craindre et qui change du discours totalement misérabiliste qu’ont parfois eu les Frères Dardenne.

Mais le plus grand exploit des Frères Dardenne est sans doute d’arriver à signer un film d’une telle force et d’une telle qualité, avec une réalisation aussi sobre. Mes voisins au cinéma ont fait souligné le fait qu’il n’y a pas de musique dans Deux Jours, Une Nuit. Mais sans ce commentaire, je ne l’aurais absolument pas remarqué tant ils arrivent, sans aucun artifice, à nous faire partager les sentiments des personnages et nous plonger au cœur de ce film qui aurait fait une très belle Palme d’Or.

LA NOTE : 15/20

Fiche technique :
Production : Les Films du Fleuve
Réalisation : Jean-Pierre & Luc Dardenne
Scénario : Jean-Pierre & Luc Dardenne
Montage : Marie-Hélène Dozo
Photo : Alain Marcoen
Distribution : Diaphana Distribution
Durée : 90 mn

Casting :
Marion Cotillard : Sandra
Fabrizio Rongione : Manu
Catherine Salée : Juliette
Christelle Cornil : Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.