RENAISSANCE

podiumtourAprès avoir renoué avec son équipe de football, notre pays semble parti pour retrouver des yeux de Chimène pour une catégorie d’athlètes qu’il avait quelque peu dédaigné depuis de longues années. Le dernier Tour de France semble avoir confirmé une renaissance d’un cyclisme français que l’on sentait frémir depuis quelques saisons et qui a retrouvé soudainement le feu des projecteurs et accessoirement le podium de la plus grande des courses. Ce sport dont l’image de marque a tant souffert reste profondément ancré dans l’histoire de notre pays, mais échoue depuis trop d’années à offrir de nouvelles pages à la légende du sport français.

Depuis les retraits de Virenque et Jalabert, aucun cycliste tricolore n’avait vraiment pu s’imposer médiatiquement. Seul Thomas Voeckler avait su gagner le cœur du grand public, mais au fond plus par un incroyable courage qui lui permettait de surmonter des limites manifestes que par une classe d’immense champion. Thibault Pinot et Romain Bardet semblent être d’une autre trempe. S’il est trop tôt pour savoir si c’est celle d’un Laurent Fignon ou d’un Bernard Hinault (dernier vainqueur français du Tour faut-il le rappeler… il y a 30 ans désormais ce qui semble passablement incroyable), ils ont au moins fait naître des espoirs qu’un Pierre Rolland par exemple a un peu de mal à confirmer, même si j’espère bien qu’il me donnera tort un de ces jours.

Mais la plus belle histoire française de ce Tour reste celle de Jean-Christophe Perraud qui apporte un couronnement aussi magnifique qu’inattendu à une carrière bien singulière. Vice-champion olympique dans l’indifférence générale, dans l’ombre écrasante de l’or de Julien Absalon, et titulaire d’un diplôme ingénieur, il mérite bien cette gloire tardive mais ô combien mérité. Il nous rappelle que la grandeur d’un champion repose autant sur une tête bien faite qu’un corps performant !

Alors bien sûr les esprits chagrins souligneront qu’avec Contador, Froome et Quintana à l’arrivée, toute cette belle histoire n’aurait jamais eu lieu et qu’elle s’apparente plus à une fable sans doute éphémère. Vincenzo Nibali a certes montré tout ce qui sépare l’espoir en devenir du grand champion au sommet. Mais il n’y a aucune raison de s’interdire d’imaginer que Bardet et Pinot franchiront bientôt ce fossé à leur tour. Ce sera alors définitivement leur Tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.