NEW YORK MELODY : Coup de coeur estival

newyorkmelodyafficheDieu que j’aime aller voir un film sans rien en attendre pour en ressortir totalement enthousiaste. Avoir passé de longues minutes à élaborer son programme cinématographique en hésitant à y inclure ce film pour se dire qu’au final, cela aurait constitué une terrible erreur de passer à côté. Que c’est bon de sortir de la salle avec un sourire éclatant et le cœur léger ! Cela n’arrive pas si souvent que ça, alors il faut savoir savourer ces vrais moments de bonheur cinématographique. Comme celui que j’ai vécu en allant voir New York Melody.

Oui je sais, il y a une petite midinette qui sommeille au fond de moi. J’aime les comédies romantiques et j’assume. Cependant, New York Melody n’a rien de ces comédies romantiques au scénario écrit et connu d’avance. Un peu comme 500 Jours Ensemble (un de mes films culte également), New York Melody prouve que ce genre cinématographique peut parfois réserver des surprises et même proposer un certain suspense quant au dénouement. L’histoire racontée par ce film n’est peut-être pas la plus extraordinaire jamais comptée, mais elle est néanmoins remarquablement construire et permet d’apprécier pleinement toutes les qualités de ce film.

newyorkmelodyNew York Melody comporte de mon point de vue une vraie révélation, en la personne de Keira Knightley. Evidemment, elle fait partie des valeurs sûres d’Hollywood depuis longtemps et employer ce terme à son propos semble totalement incongru. Mais jamais, je ne lui avais trouvé ce charme dévastateur, cette grâce étonnante et une telle profondeur dans son interprétation. Certes, j’aimerais toujours lui faire prendre 10 kilos, mais elle illumine néanmoins l’écran comme jamais, offrant à son personnage une épaisseur et une sympathie étonnantes.

New York Melody reste cependant avant tout un film sur la musique. Comment elle naît, comment une même partition peut donner tout aussi bien un titre confondant de platitude qu’un pur chef d’œuvre. Le film offre une scène assez extraordinaire où le personnage interprété par Mark Ruffalo écoute Keira Knightley jouer un morceau très simple à la guitare, face à un public totalement indifférent. Le film nous fait partager la manière dont il parvient à imaginer progressivement tous les arrangements, tous les accompagnements qui pourraient donner à cette chanson une toute autre dimension. Quant on est comme moi une très grand consommateur de musique, sans aucune capacité pour la jouer et encore moins l’écrire, tout ceci à quelque chose de parfaitement magique.

John Carney avait déjà signé en 2007 un très beau film sur la musique, Once, passé bien trop inaperçu, malgré l’Oscar de la meilleur chanson et le Prix du Public au Festival de Sundance. Il semble donc avoir un don particulier pour mêler ces deux univers de manière magistrale. Et comme en plus, il sait nous parler d’amour de manière intelligente et subtile et diriger les acteurs avec un brio remarquable, on espère qu’il nous proposera encore bien d’autres bijoux comme ce New York Melody.

LA NOTE : 15,5/20

Fiche technique :
Production : Exclusive Media Group, Sycamore Pictures, Apatow Productions, Likely Story
Distribution : UGC distribution
Réalisation : John Carnet
Scénario : John Carney
Montage : Andrew Marcus
Photo : Yaron Orbach
Décors : Chad Keith
Musique : Gregg Alexander
Durée : 104 mn

Casting :
Keira Knightley : Gretta
Mark Ruffalo : Dan
James Corden : Steve
Hailee Steinfeld : Violet
Mos Def : Saul
Catherine Keener : Miriam
Adam Levine : Dave

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.