MON AMIE VICTORIA : Message brouillé

monamievictoriaafficheLa richesse est une qualité que j’apprécie particulièrement pour juger de la qualité d’un scénario. Il est évidemment de très bons films ne traitant que d’un seul sujet, mais si plusieurs sont traités en parallèle avec le même bonheur, c’est encore mieux. Cependant, évidemment, il y a le risque que les sujets se télescopent et se brouillent ainsi mutuellement. La richesse se transforme alors quelque peu en bouilli. C’est un peu le cas avec Mon Amie Victoria.

Le personnage principal de Mon Amie Victoria est victime de beaucoup de choses. Elle est noire, elle est orpheline, elle est pauvre, elle n’a pas un caractère très combatif et elle n’a pas toujours le hasard avec elle. Cela fait beaucoup pour une petite fille puis pour une jeune femme. Le petit malaise que j’ai ressenti devant ce film est que Jean-Paul Cyverac a toujours l’air de plus ou moins suggérer que c’est quand même surtout du racisme dont est victime. Or, j’ai quand même passé une bonne partie du film avec l’envie de crier « mais secoue-toi un peu !!!! », ce qui a considérablement limité ma capacité d’empathie envers le personnage.

monamievictoriaAu final, Mon Amie Victoria est un film sans conclusion. Je n’ai pas tout compris où tout cela était censé nous mener. Le propos ne prend jamais de hauteur et est largement parsemé de clichés. La figure de la famille gauche-caviar à la bonne conscience souvent contre-productive est trop caricaturale pour être vraiment intéressante. Au final, le film poste incontestablement de très bonnes questions, s’attaque à des sujets très pertinents, mais livre des réponses trop partielles pour être vraiment convaincantes.

LA NOTE : 9/20

Fiche technique :
Réalisation : Jean-Paul Civeyrac
Scénario : Jean-Paul Civeyrac, d’après le roman de Doris Lessing
Montage : Louise Narboni
Photographie : David Chambille
Producteur : Philippe Martin Coproducteur : Olivier et Jacques-Henri Bronckart
Durée : 95 minutes

Casting :
Guslagie Malanda : Victoria
Nadia Moussa : Fanny
Catherine Mouchet
Pascal Greggory
Alexis Loret
Pierre Andrau
Elise Akaba : Diouma
Tony Harrisson : Sam
Aurore Broutin : une actrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.