JOURNAL D’UNE FEMME DE CHAMBRE : Feuille de chou

journaldunefemmedechambreafficheC’est avec un peu de tristesse que je vais écrire ma critique du Journal d’une Femme de Chambre. Déjà parce que n’ayant vu aucun des deux précédentes adaptations cinématographiques du roman d’Octave Mirbeau, je ne peux pas m’adonner au jeu des comparaisons que j’affectionne si souvent ici. Mais surtout, je suis assez chagriné de livrer une très mauvaise critique pour un film qui a reçu beaucoup d’élogieuses critiques. J’aime aller très souvent au cinéma, mais si possible pour voir de bons films.

Tout d’abord, l’intrigue de Journal d’une Femme de Chambre n’a pas grand intérêt. Elle nous conduit à un dénouement auquel on ne croit pas une seule seconde, après quelques péripéties anodines. Les personnages et leurs relations sont trop caricaturaux pour être crédibles et que l’on ressente le moindre attachement sentimental. Reste simplement le tableau d’une époque et une réflexion sur les rapports sociaux ayant alors cours. Mais il ne s’agit pas là d’un sujet très neuf et le film redonne surtout envie de relire Pot-Bouille de Zola.

Jjournaldunefemmedechambreournal d’une Femme de Chambre est surtout très mal joué. Le jeu des acteurs sonne faux, les dialogues sont surjoués, leur donnant un aspect totalement artificiel. La palme revient à Vincent Lacoste qui démontre ici que son rôle brillant dans Hippocrate n’était qu’une parenthèse. Léa Seydoux traverse le film en livrant une prestation sans conviction et on a vraiment l’impression qu’elle est en train de se demander ce qu’elle fait là. Seul Vincent Lindon s’en sort bien… il faut dire qu’il incarne un homme passablement inexpressif. Bref, je trouve ce film simplement très mauvais.

LA NOTE : 6/20

Fiche technique :
Production : JPG Productions, Les films du Lemming, Les Films du Fleuve
Distribution : Mars distribution
Réalisation : Benoît Jacquot
Scénario : Benoît Jacquot, Hélène Zimmer, d’après le roman d’Octave Mirbeau
Montage : Julia Gregory
Photo : Romain Winding
Décors : Katia Wyszkop
Musique : Bruno Coulais
Durée : 95 min

Casting :
Léa Seydoux : Célestine
Vincent Lindon : Joseph
Clotilde Mollet : Mme Lenlaire
Hervé Pierre : Mr Lenlaire
Mélodie Valemberg : Marianne
Patrick d’Assumçao : Le capitaine
Vincent Lacoste : Georges
Dominique Reymond : La placeuse
Aurélia Petit : La maîtresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.