A TROIS ON Y VA : L’amour, c’est comme la pizza…

atroisonyvaafficheDans une époque où des milliers de personnes sont capables de descendre dans la rue pour imposer à tout le monde leur vision étriquée de l’amour et de son unique concrétisation dans le mariage entre un homme et une femme, un film comme A Trois On y Va est on ne peut plus salutaire. Non qu’il révolutionne la notion de triangle amoureux ou bien livre une réflexion très profonde, ce n’est pas son but, mais c’est agréable de voir qu’il y a encore des comédies romantiques qui changent des comédies romantiques.

Commençons par ce qui fâche. Tout d’abord, le film met un peu de temps à démarrer. La phase de présentation prend presque la moitié du film (qui n’est pas très long), alors qu’il suffit d’avoir vu la bande-annonce ne serait-ce qu’une fois (perso, on est plus proche de la dizaine…) pour déjà tout savoir. Ensuite, A Trois On y Va se termine dans un certain conformisme. Une fin logique, mais un peu trop politiquement correcte. Du coup, on a plutôt envie de revoir le merveilleux Sérénade à Trois d’Ernest Lubistch, dont la fin est assez incroyable pour un film de 1933.

atroisonyvaMais il y a aussi bien des raisons d’aimer A Trois On y Va. Déjà si la fin m’a un peu déçu, au moins n’est-elle pas cousue de fil blanc. Jusqu’aux toutes dernières minutes, on ne sait pas comment tout cela va finir et rien ne vient nous mettre sur la piste de manière claire. Cela crée une vraie tension narrative qui maintient notre intérêt jusqu’au bout, malgré la légèreté de la réflexion. Enfin, ce film réunit un très joli casting. Anaïs Dumoustier se place clairement comme une des étoiles montantes du cinéma français, alors qu’elle ne m’avait pas toujours totalement convaincu jusqu’à présent. A ses côtés, Félix Moati et Sophie Verbeeck complète un très joli tableau.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Production : Rectangle Productions, Wild Bunch, Scope Pictures, France 3 Cinéma
Distribution : Wild Bunch distribution
Réalisation : Jérôme Bonnell
Scénario : Jérôme Bonnell, Maël Piriou
Montage : Julie Dupré
Photo : Pascal Lagriffoul
Décors : Eugénie Collet
Musique : Mike Higbee
Durée : 86 mn

Casting :
Anaïs Demoustier : Mélodie
Félix Moati : Micha
Sophie Verbeeck : Charlotte
Patrick d’Assumçao : William

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.