UNE BELLE FIN : Leçon de vie sur la mort

unebellefinafficheLa mort est la seule chose d’absolument certaine dans la vie. C’est dire son importance ! Elle est pourtant rarement le sujet central d’une histoire car on est rarement ravi d’avoir à la regarder en face. On cherche plutôt à l’oublier ou l’exorciser. Mais rien n’y fait, on va bien mourir un jour… Et ce jour là, il faudra bien quelqu’un qui s’occupe de tout ce que l’on laissera derrière soi, même si on meurt seul et isolé. Voilà, le point de départ de Une Belle Fin. Un film sur la mort donc, mais plus optimiste et poétique que ce que laisserait penser un tel sujet.

Une Belle Fin porte très bien son nom puisque il se conclut sur un très joli dénouement, très émouvant. Il vient parachever un film touchant, qui parle de sujets plutôt graves mais d’une manière subtile et intelligente. Il ne s’agit pas vraiment d’une comédie à proprement parler. Il porte simplement un regard un peu décalé sur la mort, le deuil, la solitude. Il véhicule également de belles valeurs humanistes, dénonçant sans en avoir l’air une forme d’indifférence aux autres. Au final, ce film sur la mort nous livre une jolie leçon de vie. D’ailleurs, le titre original est « Still Life »…

unebellefinUne Belle Fin repose en grande partie sur les épaules d’Eddie Marsan, que l’on avait pu découvrir notamment dans le Dernier Pub Avant la Fin du Monde ou la série Ray Donovan. Il tient là son premier grand rôle et s’en sort remarquablement bien. On soulignera qu’il a le physique de l’emploi, mais sa performance ne peut pas se résumer à ça. Il sait rendre son personnage attachant, nous apprend à l’aimer… et par la même occasion aimer ce film réussi, au message simple, mais très bien amené. Le seul reproche qu’on peut lui faire est peut-être de démarrer un peu trop doucement. En effet, le scénario, aussi réussi soit-il, n’a pas tout à fait assez de matière pour l’heure et demi minimale pour un long métrage.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Production : Redwave Films, Embargo Films, Rai Cinema, Cinecittà Luce
Distribution : Version Originale, Condor
Réalisation : Uberto Pasolini
Scénario : Uberto Pasolini
Montage : Gavin Buckley, Tracy Granger
Photo : Stefano Falivene
Décors : Lisa Hall
Musique : Rachel Portman
Durée : 87 mn

Casting :
Eddie Marsan : John May
Joanne Froggatt : Kelly Stoke
Karen Drury : Mary
Andrew Buchan : Mr Pratchett
Neil D’Souza : Shakthi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.