SANS FOIE NI LOI (Fabienne Tsaï) : Poulpe sauce aigre douce

sansfoieniloiAprès un premier Poulpe plutôt sympathique qui m’avait emmené en Extrême-Orient, voici un second qui m’a conduit jusqu’en Chine. Nouveau titre bien sûr, Sans Foie Ni Loi, mais aussi nouvel auteur, puisque chaque épisode en possède un différent. Fabienne Tsaï est avant tout connue pour être productrice de cinéma, mais elle a signé là un premier roman plutôt réussi.

Le Poulpe est cette fois chargé d’enquêter sur un trafic d’organes… d’où le jeux de mots très subtil du titre ! C’est aussi l’occasion de nous faire découvrir plus profondément la société chinoise. Entre intrigue et description sociologique, Sans Foie Ni Loi est intéressant à bien des égards. L’équilibre entre les deux est plutôt bon, porté par un style léger et agréable. Ce n’est donc pas de la grande littérature, mais ça se laisse lire avec un plaisir non feint.

Le seul petit reproche que l’on pourra faire à Sans Foie Ni Loi est peut-être un léger manque d’humour. Sans être non plus totalement au premier degré, le roman n’exploite pas totalement les réflexions que peut porter le héros sur cette société à laquelle il est étranger. Le décalage culturel est un ressort comique très classique, Fabienne Tsaï s’en prive largement. Peut-être parce qu’elle est elle même issue de ces deux cultures. Mais pour le petit lecteur français, cela produit une légère frustration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.