NOUS TROIS OU RIEN : La fête du père

noustroisourienafficheJe n’ai pour l’instant pas une vie qui justifierait que mon fils en fasse un film. Bon, déjà parce que je n’ai pas de fils, mais surtout parce que mon destin n’a rien de particulièrement mémorable. Cela constituerait pourtant un cadeau assez extraordinaire. C’est celui que Kheiron a décidé de faire à son père avec Nous Trois ou Rien. Le cadeau est déjà magnifique. Il est encore plus vu les qualités extraordinaires que ce film possède. Un vrai bijou cinématographique.

De l’Iran à la banlieue parisienne, Nous Trois ou Rien nous livre une vision formidablement réjouissante d’événements géopolitiques tragiques ou de situations sociales difficiles. Le parallèle avec Persepolis est relativement inévitable, confirmant la vitalité intellectuelle du peuple iranien. C’est drôle, tendre, positif, tout en nous présentant des réalités qui auraient pu facilement conduire au misérabilisme ou au à la noirceur. Une preuve éclatante que l’ironie et le second degré sont des armes incroyablement puissantes quand elles sont entre de bonnes mains. Celles de Kheiron ont quelque chose de magique.

noustroisourienOn peut imaginer l’émotion de Kheiron au moment d’écrire ce scénario et encore plus le jour où, pour la première fois, il a du interpréter le rôle de son propre père. Ce témoignage d’amour pour un homme certes remarquable ajoute une émotion profonde à ce qui est du coup plus qu’un film, mais un véritable témoignage. Certains épisodes sont sûrement romancés, mais qu’importe. On est emporter par ce film qui transmet une énergie folle à tous ceux qui ont la chance de le voir. Nous Trois ou Rien est un des films les plus intelligents de cette année, aussi bien de part le fond du propos que de la manière originale et drôle dont il nous est rapporté. Un vrai bijou !

 LA NOTE : 15,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Kheiron Tabib
Scénario : Kheiron Tabib
Décors : Stanislas Reydellet
Costumes : Karen Muller Serreau
Photographie : Jean-François Hensgens
Son : Frédéric de Ravignan
Montage : Anny Danché
Production : Simon Istolainen et Benjamin Drouin
Production exécutive : Frantz Richard et Nabil Ayouch
Durée : 102 minutes

Casting :

Kheiron Tabib : Hibat Tabib
Leïla Bekhti : Fereshteh Tabib
Gérard Darmon : le père
Zabou Breitman : la mère
Khereddine Ennasri : Aziz, le « voleur de vêtements »
Alexandre Astier : le shah d’Iran, Mohammad Reza Pahlavi
Arsène Mosca : le gardien en chef
Kyan Khojandi : Barbe
Michel Vuillermoz : Daniel Bioton, le maire de Pierrefitte
Jonathan Cohen : Chokri
Ériq Ebouaney : Adama
Carole Franck : Catherine Hanriot
Camélia Jordana : Maryam
David Serero : un agent iranien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.