CREED : L’HERITAGE DE ROCKY BALBOA : Uppercut nostalgique

creedafficheLes suites à rallonge ne présagent généralement rien de bon. Fast and Furious 7 ? Sérieusement ? Mais certains personnages légendaires sont assez attachants pour que l’on ait jamais vraiment envie de les quitter. Rocky Balboa nous aura offert un premier volet il y a 40 ans récompensé par un Oscar puis des suites assez inégales. Il est cependant devenu un mythe cinématographique majeur. C’est avec une pointe de nostalgie que l’on va voir Creed, l’Héritage de Rocky Balboa. De la nostalgie et un peu indulgence.

Creed, l’Héritage de Rocky Balboa est un film sans aucune surprise. On est même plus proche du remake que de la suite. Mais le premier volet ayant été de loin le meilleur de la série, en se rapprochant de lui, le film se concentre sur l’essentiel et nous offre tout ce que l’on peut en attendre. Le plat sans le réchauffé mais garde une certaine saveur. On peut regretter cette absence totale de prise de risque scénaristique. Mais si elle nous empêche d’être réellement enthousiaste, elle nous préserve aussi de la déception.

creedCreed, l’Héritage de Rocky Balboa bénéficie enfin du caractère magique, pour ne pas dire miraculeux, de la boxe au cinéma. Le combat qui conclut le film est lui aussi sans surprise, aussi bien dans son déroulement que dans la forme. Mais il frappe tout de même le spectateur comme un uppercut. On ressort donc finalement avec cette petite pointe d’enthousiasme qui nous fait oublier que le reste du film n’avait pas du nous l’apporter. Et on garde une pensée émue pour ce Sylvester Stallone qui assume pleinement le poids des ans qui le frappe. Et avec cette vieillesse qui vient, c’est un peu de notre jeunesse qui s’en va.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Production : MGM, New Line Cinema, Chartoff-Winkler prodictions
Distribution : Warner Bros France
Réalisation : Ryan Coogler
Scénario : Ryan Coogler, Aaron Covington, d’après les personnages créés par Sylvester Stallone
Montage : Claudia Castello, Michael P. Sawver
Photo : Maryse Alberti
Décors : Hannah Beachler
Musique : Ludwig Göransson, Gabe Hilfer
Durée : 134 mn

Casting :
Michael B. Jordan : Adonis Johnson
Sylvester Stallone : Rocky Balboa
Tessa Thompson : Bianca
Phylicia Rashad : Mary Anne Creed
Andre Ward : Danny Stuntman Wheeler
Ritchie Coster : Pete Sporino

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.