QUAND ON A 17 ANS : Les beaux âges

quandona17ansafficheLa valeur n’attend pas le nombre des années. Et inversement, comme le prouve André Téchiné. A 73 ans, il est un monument du cinéma français. Personnellement, je n’ai jamais été un grand fan, considérant notamment que les Roseaux Sauvages est un des Césars du meilleur film les plus décevants. Mais cette fois-ci, je ne peux que m’incliner face à son talent. Quand on a 17 Ans est un très beau film. Assez beau pour être grand.

Pour faire partager aux spectateurs les émotions des personnages, on peut faire appel à des acteurs au jeu spectaculaire qui nous en mettront plein la vue et forceront notre admiration. Mais on peut aussi être infiniment plus subtil. Un plan serré, une tension palpable dans une situation parfois banale, des dialogues qui seraient anodins s’ils n’en disaient infiniment plus que le simple sens des mots prononcés. Il y a tout ça dans Quand on a 17 Ans. Rien de spectaculaire dans la forme, mais une maîtrise totale pour créer une intimité rare avec les personnages, qui rappelle celle que l’on a pu vivre avec la Vie d’Adèle.

quandona17ansCette qualité artistique est au service d’une très belle histoire, particulièrement riche. L’émotion communicative de Quand on a 17 Ans ne vient pas que ce que vivent les personnages, mais bien aussi du récit en lui-même. Tout cela se mélange, s’additionne, se sublime pour donner un magnifique résultat. On sourit, on rit, on pleure. Le film flirte peut-être un peu avec le mélo à un moment donné, mais c’est pour mieux rebondir. Le tout est porté par un formidable trio de comédiens. Les jeunes Kacey Mottet Klein et Corentin Fila sont épatants, sous le regard d’une Sandrine Kiberlain toujours aussi extraordinaire. Il y a donc tout dans ce film, assez en tout cas pour souhaiter encore une longue carrière à son réalisateur.

LA NOTE : 15/20

Fiche technique :
Production : Fidélité films, Wild Bunch
Distribution : Wild Bunch Distribution
Réalisation : André Téchiné
Scénario : André Téchiné, Céline Sciamma
Montage : Albertine Lastera
Photo : Julien Hirsch
Décors : Olivier Radot
Durée : 114 mn

Casting :
Sandrine Kiberlain : Marianne
Kacey Mottet Klein : Damien
Corentin Fila : Tom
Alexis Loret : Nathan
Jean Fornerod : Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.