BIENVENUE A MARLY-GOMONT : La fête du père

bienvenueamarlygomontafficheDécidément, les pères sont à l’honneur ces derniers temps dans le cinéma français. Nous avions fini l’année 2015 avec Nous Trois ou Rien, petit chef d’œuvre qui nous faisait découvrir le destin du père de Kheiron dans un film écrit, réalisé et interprété… par ce dernier pour un hommage filial bouleversant. Voici désormais Bienvenue à Marly-Gomont qui raconte l’histoire du père de Kamini, qui nous avait fait découvrir ce petit village de Picardie il y a quelques années en chanson. Ce film est l’occasion de découvrir toute l’histoire qu’il y avait derrière et encore une fois le destin extraordinaire d’un père qui ne l’était pas moins.

Bienvenue à Marly-Gomont est loin d’être exempt de défauts. Il faut dire que l’équilibre n’est jamais facile à trouver quand on veut parler d’un sujet grave sur le ton de la comédie. Pourtant ce choix s’avère judicieux… dans sa partie la moins drôle. En effet, il impose une certaine pudeur sur les humiliations subies, sur la souffrance qu’elles ont pu engendrer. Une pudeur qui ne signifie pas que l’on en saisit pas la force. Un récit de la connerie ordinaire qui fait mouche et si on choisit d’en rire c’est que ça serait lui faire trop d’honneur d’en pleurer.

bienvenueamarlygomontPar contre, Bienvenue à Marly-Gomont perd quelque peu le sens de l’équilibre quand le balancier se retourne. Sans sombrer dans les bons sentiments sirupeux, le film en fait parfois un peu trop. Certes, il véhicule une vraie émotion, peut arracher une petite larme, mais il n’évite pas certaines facilités. La métamorphose semble trop soudaine, trop subitement unanime pour être vraiment convaincante. Certes, les contes de fée forment de belles histoires, mais le sujet aurait mérité de ce côté là plus de subtilité. Cela n’enlève rien au vrai mérite de ce film qui nous faire rire et pleurer, nous consterne et nous donne espoir.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Julien Rambaldi
Scénario : Kamini, Julien Rambaldi et Benoît Graffin
Direction artistique :
Décors : Alain Veissier
Costumes : Emmanuelle Youchnovski
Photographie : Yannick Ressigeac
Son : Dominique Warnier, Luc Thomas
Montage : Stéphane Pereira
Musique : Emmanuel Rambaldi
Production : Pauline Duhault, Olivier Delbosc, Marc Missonnier

Casting :

Aïssa Maïga : Anne Zantoko
Bayron Lebli : Kamini
Mata Gabin
Jonathan Lambert : Lavigne
Thomas VDB
Rufus : Jean
Jean-Michel Balthazar
Riton Liebman :
Stéphane Bissot :
Stéphanie Crayencour :
Medina Diarra : la fillette
Verhaeghe Catherine : la femme de Lavigne
Emilie Rouhart : Sylvie
Michel Schillaci : entraîneur de l’équipe de football de Marly-Gomont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.