TOUT DE SUITE MAINTENANT : Finance et humanisme

toutdesuitemaintenantafficheDepuis la crise de 2008, le monde de la finance est devenu un décor classique au cinéma. Il faut dire que ce monde mystérieux se prête bien aux intrigues de tout genre. Voir Pascal Bonitzer s’y intéresser n’est pas très étonnant, connaissant l’amour de ce réalisateur pour les sujets sociaux. Avec Tout de Suite Maintenant il livre une vision critique mais surtout très humaine de ce milieu. Pas sûr que la vision soit très réaliste, mais l’intrigue et l’interprétation sont assez convaincantes pour se suffire à elle-même.

Tout de Suite Maintenant reste avant tout un film de personnages. Les nœuds de l’intrigue se forgent autour de leurs rapports mutuels, entre les événements du présents et les secrets qui ressurgissent du passé. C’est assez classique pour le cinéma français, mais la narration est assez bien construite pour piquer très vite la curiosité du spectateur et la maintenir au maximum tout du long. A côté de ça, la critique du monde de la finances est assez secondaire. Elle soutient l’histoire des personnages plutôt qu’elle constitue un sujet en soi, avec une argumentation réfléchie et élaborée.

toutdesuitemaintenantTout de Suite Maintenant fonctionne grâce notamment au talent multiforme d’Agathe Bonitzer. Sous l’œil de son père, elle est à la fois femme-enfant, femme fatale, avec pourtant un soupçon d’androgynie. Des facettes qui peuvent apparaître contradictoires mais qui s’incarnent toutes entre cette actrice qui a désormais largement dépassé le stade de révélation. Le reste du casting se contente de capitaliser sur son talent. Mais quand il est composé de Lambert Wilson, Isabelle Huppert et Jean-Pierre Bacri, on part sur des bases très élevées. Tout ceci donne un film peut-être moins riche que prévu, mais tout de même très réussi.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Pascal Bonitzer
Scénario : Pascal Bonitzer, Agnès de Sacy
Photographie : Julien Hirsch
Montage : Elise Fievet
Musique : Bertrand Burgalat
Direction artistique : Emmanuel de Chauvigny
Décors : Sylvia Kasel
Costumes : Magdalena Labuz, Marielle Robaut
Producteurs : Saïd Ben Saïd, Diana Elbaum, Michel Merkt
Durée : 98 minutes

Casting :
Agathe Bonitzer : Nora Sator
Vincent Lacoste : Xavier
Jean-Pierre Bacri : Serge Sator, le père de Nora
Lambert Wilson : Arnaud Barsac, l’un des deux directeurs
Isabelle Huppert : Solveig, la femme d’Arnaud
Julia Faure : Maya, la sœur de Nora
Pascal Greggory : Prévôt-Parédès, l’un des deux directeurs
Yannick Renier : Van Stratten
Nicole Dogué : Ezilie, l’employée des Barsac
Iliana Lolic : Tina, la compagne de Serge
Virgil Vernier : Zeligmann
Pierre Léon : Léon Méchain
Vladimir Léon : Alexandre Méchain
François Baldassare : Raoul
Laure Roldan : Fleur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.