DIVINES : Le meilleur de l’année ?

divinesafficheLes « banlieues » sont entrées dans le cinéma français par la grande porte avec La Haine. Mais pendant de longues années qui ont suivi, il est vrai qu’elles ont aussi vite qu’elles étaient apparues. Progressivement, la situation est cependant en train de changer avec de plus en plus de films nous plongeant au cœur de cette réalité bien plus multiple que l’on veut bien le dire, loin des clichés. Il est vrai cependant que l’omniprésence de la violence et la dureté qu’elle implique dans les rapports humains se retrouvent souvent au cœur de ces films. Divines se situe dans cette lignée. Et nous offre peut-être le meilleur film de l’année.

La force de ce film et tout le talent qui transpire de chaque image doit nous faire oublier toutes les polémiques autour de la personnalité de sa réalisatrice et de ses prises de position. Elle nous offre une histoire forte avec des personnages particulièrement marquants. L’histoire se rapproche il est vrai de celle de Bande de Filles. Mais son impact se situe plusieurs crans au-dessus de celui du film, par ailleurs très réussi, de Céline Sciamma. Divines fait sourire parfois, nous fait trembler aussi, mais au final nous bouleverse. Le scénario nous fait passer d’une émotion à l’autre constamment, comme si chaque moment léger était forcément rattrapé par une réalité incroyablement lourde. Beaucoup d’intelligence dans l’écriture, mélangée à une émotion brute et forte, donne un mélange détonnant.

divinesDivines se démarque aussi dans la forme. Il se situe dans un cinéma du réel et de l’intime. Sans toutefois l’égaler, la manière de filmer de Uda Benyamina rappelle celle d’Abdelatif Kechiche. Une proximité avec les personnages, leurs émotions à travers la moindre expression de leur visage, chaque soubresaut de leur corps. Le film nous offre notamment, sans aucune vulgarité, une des scènes les plus érotiques que je n’ai jamais vu au cinéma. Cette façon de nous plonger au plus près des protagonistes décuple les émotions qu’ils nous transmettent, comme si nous les ressentions nous même. Tout cela donne un magnifique et bouleversant moment de cinéma.

LA NOTE : 17/20

Fiche technique :
Réalisation : Uda Benyamina
Scénario : Uda Benyamina, Romain Compingt, Malik Rumeau
Adaptation et dialogues : Romain Compingt et Uda Benyamina
Photographie : Julien Poupard
Décors : Marion Burger
Montage: Vincent Tricon et Loïc Lallemand
Mixage Son: Samuel Aichoun
Production : Marc-Benoît Créancier (Easy Tiger)
Musique originale : Demusmaker

Casting :
Oulaya Amamra : Dounia
Déborah Lukumuena : Maimouna
Jisca Kalvanda : Rebecca
Kevin Mischel : Djigui
Yasin Houicha : Samir
Madjouline Idrissi : Myriam
Mounir Margoum : Cassandra
Farid Larbi : Reda

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.