RENTREE AMERICAINE

infiltratorafficheSi l’été hollywoodien fut particulièrement décevant, la rentrée a montré qu’il restait tout de même un peu de talent de l’autre côté de l’Atlantique. Cela n’est pas venue des grosses productions qui se sont limitées aux remakes ratés, mais de films plus modestes mais très réussis. Le premier est Infiltrator qui nous a offert une nouvelle chance de voir Bryan « Breaking Bad » Cranston sur grand écran. Un polar classique, mais parfaitement exécuté. Scénario rythmé, réalisation soignée et casting au top, tous les ingrédients pour faire un bon film sont réunis. Un seul regret, le traitement un peu superficiel d’un des sujets principaux du film, à savoir l’attachement de l’infiltré pour ceux qu’il est chargé de faire tomber et l’ambiguïté provoquée par la fascination que le milieu exerce, même sur un agent d’expérience. Un traitement plus brillant aurait donné une toute autre dimension à ce film. Cependant, il serait bien dommage de bouder notre plaisir !

comancheriaafficheOn poursuit avec Comancheria. On est toujours sur le mode polar, mais cette fois le film nous entraîne dans l’Amérique la plus profonde qui soit. Un univers qui permet toujours de croiser des personnages que l’on qualifiera de hauts en couleur (mais qui font un peu peur quand même). Quand un d’entre eux est interprété par Jeff Bridges, cela donne un résultat convaincant. Surtout quand le scénario sait être à la fois sombre et non dénué d’un certain second degré. Le tout mis en image par une réalisation relativement brillante. Bref que du bon pour un film qui l’est tout autant.

wardogsafficheOn termine par War Dogs. Cette fois, on change de style puisqu’il s’agit d’une comédie. En fait, c’est un peu Lord of War version parodie. Le pitch est à peu près le même, même si ce film est visiblement inspiré d’une histoire vraie. Au final, ce dernier marche plutôt bien. On arrive à croire à cette histoire, même aux péripéties les plus improbables. Les deux personnages principaux sont attachants, même dans leurs pire aspects. On rit, même quand on ne devrait pas. Il y a dans ce film une réelle critique du système militaro-industriel américain. En effet, le spectateur suit le même chemin que nos deux protagonistes et finit pas trouver sympathique ce qui revient pourtant à vendre des armes pour tuer des êtres humains. En cela le film est aussi effrayant que drôle. Mais quelque part salutaire.

LES NOTES :
INFILTRATOR : 13/20
COMANCHERIA : 14/20
WAR DOGS : 12,5/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.