ARSENE LUPIN, GENTLEMAN CAMBRIOLEUR : Naissance d’une légende

arsenelupingentlemancambrioleurDans la série « et si je lisais enfin le premier livre de la série », je voudrais Arsène Lupin ! Un autre du même style suivra bientôt, mais je garde un peu de suspense. Arsène Lupin, Gentleman-Cambrioleur est un recueil de 9 nouvelles, constituant les premières aventures du célèbre héros. Elles sont parues initialement entre 1905 et 1907 dans le journal Je Sais Tout, avant sa sortie sous forme de recueil cette même dernière année. Vu la postérité qui suivit, on imagine bien que ce fut un grand succès.

Arsène Lupin, Gentleman-Cambrioleur constitue un des derniers avatars d’une littérature qui marchait main dans la main avec la presse. Le divorce est depuis longtemps consommé et cela a tué ce genre littéraire particulier qu’est la nouvelle (qui ne survit que dans quelques niches, comme la science-fiction et plus largement le fantastique). Cela donne un côté un peu vieillot à ces histoires courtes, un peu naïve car il faut aller droit au but. Mais cela leur offre surtout un charme particulier, surtout que la plume de Maurice Leblanc n’est pas la plus désagréable qui soit.

Arsène Lupin, Gentleman-Cambrioleur nous permet de revivre les grands débuts d’un personnage historique de la littérature. Un des premiers anti-héros, criminel attachant. Il brouille la frontière entre le bien et le mal, car entre deux vol à son propre profit, il joue aussi les redresseurs de tort. Cette ambiguïté fait tout l’intérêt le charme du personnage et on imagine l’audace que cela représentait au début du XXème siècle. Comme tout recueil, celui-ci est inégal mais on le parcourt avec plaisir, surtout si on est capable de le replacer dans son contexte. Et puis quoi de plus beau qu’une naissance. Surtout quand il s’agit de celle d’une légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.