DOCTOR STRANGE, SING STREET : Plaisirs légers, mais vrais plaisirs

doctorstrangeafficheLe cinéma est source de bien des plaisirs divers et variés. Le plaisir procuré par un film X n’a évidemment rien à avoir avec celui apporté par un film muet kosovar. Il reste quand même le plus souvent simplement source d’un plaisir léger, celui du divertissement bien troussé. Les deux films dont je vais vous parler ici répondent parfaitement à cet objectif. Tout d’abord Doctor Strange, nouvelle production Marvel. Niveau qualité, les films de super-héros ressemblent de plus en plus à une loterie. On ne décroche pas ici le gros lot, mais un lot d’un fort beau gabarit néanmoins. Il confirme surtout que Marvel a su trouver l’élément indispensable pour réussir ses productions : l’humour !

Pourtant il ne semblait pas évident d’offrir à ce personnage passablement vieillot une nouvelle jeunesse, surtout avec la volonté toujours affichée de coller au plus près des comics originaux. Comme pour Captain America, Marvel réalise une nouvelle fois ce tour de force avec Doctor Strange. En jouant du second degré, en portant sur ses propres personnages un regard un peu amusé, il livre une œuvre qui arrive à être convaincante. Elle repose sur une histoire plutôt bien construite, qui sans être surprenante outre mesure n’est jamais cousue de fil blanc. Elle bénéficie également d’un méchant rendu charismatique par la performance du toujours excellent Mads Mikkelsen. Mais face à lui, Benedict Cumberbatch arrive à donner un minimum d’épaisseur à son personnage et le rendre assez crédible pour séduire bien au-delà du cercle des lecteurs nostalgiques des comics de leur enfance.

singstreetafficheUne douce nostalgie flotte également sur Sing Street, nouveau film de John Carney, qui m’avait tant enthousiasmer avec New York Melodies l’année dernière. Il revient avec un nouveau film plaçant la musique au cœur de l’histoire. Il prouve qu’il a un talent incontestable pour créer une synergie entre les deux avec une histoire qui explore sûrement une part de sa propre adolescence. Et qui rappellera quelques souvenirs à ceux qui ont grandi dans les années 80.

Sing Street reprend beaucoup d’éléments typiques des films sur les adolescents « différents ». Il n’échappe pas complètement aux clichés, mais il le fait toujours avec un léger sens de la dérision et toujours beaucoup de tendresse, alors on passe outre. Surtout que tout cela est au service d’un fil rouge narratif axé sur la musique qui lui fonctionne à merveille. Mais un film étant toujours plus que la somme de ses parties, c’est vraiment l’équilibre et la complémentarité qu’il arrive à créer entre les différentes aspects du film qui fait de Sing Street un film réellement réjouissant. Un feel good movie pour mélomanes qui fait du bien alors que la grisaille et le froid s’installent !

LES NOTES :
DOCTOR STRANGE : 14/20
SING STREET : 14/20

DOCTOR STRANGE
Fiche technique :
Production : Marvel Studios
Distribution : The Walt Disney Company
Réalisation : Scott Derrickson
Scénario : Thomas Dean Donnelly, Joshua Oppenheimer, Jon Spaihts, d’après les personnages créés par Steve Ditko, Stan Lee
Montage : Wyatt Smith
Photo : Ben Davis
Décors : Charles Wood
Musique : Michael Giacchino
Effets spéciaux : Industrial Light & Magic
Directeur artistique : Ray Chan
Durée : 130 min

Casting :
Benedict Cumberbatch : Dr Stephen Strange, Doctor Strange
Benedict Wong : Wong
Rachel McAdams : Christine Palmer
Chiwetel Ejiofor : Karl Mordo / Baron Mordo
Tilda Swinton : L’Ancien
Michael Stuhlbarg : Dr Nicodemus West
Mads Mikkelsen : Kaecilius
Scott Adkins : Lucian, Strong Zealot
Amy Landecker : Dr Bruner

SING STREET :
Fiche technique :
Production : Likely Story, Merced Media, PalmStar Entertainment, Irish Film Board, Cosmo Films, Distressed Films
Distribution : Mars distribution
Réalisation : John Carney
Scénario : John Carney
Montage : Andrew Marcus, Julian Ulrichs
Photo : Yaron Orbach
Décors : Alan MacDonald
Musique : John Carney
Directeur artistique : Tamara Conboy
Durée : 106 min

Casting :
Ferdia Walsh-Peelo : Conor
Lucy Boynton : RaphinaAnn
Jack Reynor : Brendan
Aidan Gillen : Robert
Maria Doyle Kennedy : Penny
Kelly Thornton : Ann
Ben Carolan : Darren
Mark McKenna : Eamon
Percy Chamburuka : Ngig
Conor Hamilton : Larry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.