CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD, UNE SEMAINE ET UN JOUR : Ceux qui restent

cigarettesetchocolatchaudafficheSi j’ai décidé de regrouper ces deux films en une seule critique, ce n’est parce qu’ils ne valent pas une critique pour eux-seuls bien au contraire. Pas simplement non plus parce que je les ai vus le même soir à la suite. Plutôt parce que dans un jour un peu particulier, ils ont été les deux films les plus parfaits qui soient. Deux films qui parlent de deuil et de ce qui restent. Des sujets communs, mais des films assez différents. Mais deux films qui savent parler de sujets lourds tout en vous rendant le cœur plus léger.

Cigarettes et Chocolat Chaud est tout ce que Demain Tout Commence n’a pas réussi à être. Une histoire de père célibataire sur fond de réflexions plus existentielles et profondes, mais qui cette fois, sonnent justes. C’est drôle, touchant, avec la petite pointe d’émotion qui va bien. Certes, on peut très certainement trouver des failles dans la crédibilité de certains éléments, mais globalement le film fonctionne, on y plonge avec grand plaisir, porté par la sympathie infinie que l’on porte à ces personnages quelque peu décalés.

Cigarettes et Chocolat Chaud offre deux beaux rôles à des acteurs que l’on connaît surtout pour leurs pitreries à la télévision. Si Gustav Kerven a déjà eu de très beaux rôles au cinéma, notamment dans Dans la Cour, Camille Cottin démontre là qu’elle n’est pas qu’une grosse connasse, mais aussi une comédienne remarquable. Un mot aussi sur les deux jeunes filles, Héloïse Dugas et Fanie Zanini, absolument épatantes. Au final un feel good movie réjouissant et réussi.

unesemaineetunjourafficheUne Semaine et un Jour est un film au ton beaucoup plus grave, puisqu’il nous raconte la fin des 8 jours de deuil pour un couple qui vient de perdre leur fils de 20 ans, mort d’un cancer (ou du moins d’une maladie qui l’a emmené à l’hôpital). Voilà un sujet qui ne prête pas à rire. Pourtant, ce film est une jolie réflexion sur la perte d’un être cher, la façon dont chacun intériorise la tristesse et la détresse engendrées par une telle peine. Mais c’est surtout une ode à la vie qui continue, au lien entre les morts et les vivants, qui n’a pas forcément besoin de n’être que dans la tristesse.

Une Semaine et un Jour est un film remarquablement écrit. Pendant une bonne partie du film, on a vraiment l’impression qu’il ne nous emmène nul part. La dernière partie amènera plusieurs mises en perspective qui donnent un sens supplémentaire à tout ce qui a précédé. Le film est également remarquablement interprété par un casting formidable dans sa totalité. En Israël comme ailleurs dans le monde, de merveilleux comédiens nous permettent de partager d’aussi belles émotions que celles véhiculées par ce film. Et pour cela, on peut leur en être profondément reconnaissant.

LES NOTES :
CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD : 13/20
UNE SEMAINE ET UN JOUR : 14/20

CIGARETTES ET CHOCOLAT CHAUD :
Fiche technique :
Réalisation : Sophie Reine
Scénario : Sophie Reine
Musique : Sébastien Souchois
Montage : Claire Fieschi et Nassim Gordji Tehrani
Photographie : Renaud Chassaing
Décors : Thomas Grézaud
Costumes : Julie Miel
Producteur : Isabelle Grellat Doublet, Éric Altmayer et Nicolas Altmayer
Production : Mandarin Cinéma
Durée : 98 minutes

Casting :
Gustave Kervern : Denis
Camille Cottin : Séverine
Héloïse Dugas : Janine
Fanie Zanini : Mercredi
Thomas Guy : Robert
Franck Gastambide
Mathieu Métral : le chef du service de la DASS
François Bureloup : le directeur du supermarché

UNE SEMAINE ET UN JOUR
Fiche technique :
Réalisation :Asaph Polonsky
Scénario : Asaph Polonsky
Musique : Tamar Aphek, Ran Bagno
Production : Saar Yogev, Naomi Levari
Production délégué : Boaz Veksler
Photographie : Moshe Mishali
Montage : Tali Helter-Shenkar
Décors : Yoav Sinai

Casting :
Shai Avivi : Eyal Spivak
Evgenia Dodina : Vicky Spivak
Tomer Kapon : Zooler
Alona Shauloff : Bar
Uri Gvariel : Raphael
Sharon Alexander : Shmulik Zooler
Carmit Mesilati-Kaplan : Keren Zooler

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.